PCIE - Euro-Aptitudes, ECDL France Dernières actualités PCIE https://www.pcie.tm.fr/news Sat, 18 Aug 2018 12:56:25 +0200 <![CDATA[La reconnaissance de la certification PCIE par la CNCP]]> Le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) figure à l’inventaire de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP) depuis le 17 avril 2015.

Cette reconnaissance permet notamment aux candidats à la certification PCIE d’accéder au financement de leurs formations par le biais du Compte Personnel de Formation (CPF).

La certification PCIE (ou ECDL, à l’échelle européenne) est reconnue à l’inventaire de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP) comme une certification transversale dans les domaines de la bureautique et de l’informatique. A ce titre, elle n’est donc pas réservée à un domaine ou à un sous-domaine spécifique et couvre l’ensemble des secteurs d’activité professionnelle.

En plus de la possibilité d’accéder à une source de financement, l’inscription de la certification PCIE à l’inventaire de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP) permet de la comparer à d’autres certifications en France et en Europe.

La certification PCIE est d’ailleurs inscrite aux registres de certifications professionnelles de nombreux pays. Une initiative qu’encourage également la Fondation ECDL en soutenant vivement le développement du Cadre Européen des Certifications (CEC), et qui fait du PCIE la Référence Internationale de la Certification des Compétences Digitales.


Texte 44

Depuis la réforme du CPF, toutes les formations éligibles à un financement CPF doivent impérativement être couvertes par une certification enregistrée à l’inventaire de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP). Une reconnaissance qui permet aujourd’hui à des salariés comme à des demandeurs d’emplois de passer leur certification PCIE partout en France.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/1/show Thu, 05 Oct 2017 16:19:37 +0200
<![CDATA[Le Groupe Go&Live fait passer la certification PCIE à ses salariés]]> Une action de formation à l’intention de 83 salariés du Groupe Go&Live, acteur majeur des séjours linguistiques (Nacel, Club Langues et Civilisations…) vient de s’achever avec le passage de 83 PCIE. Pour cette action de grande ampleur, deux organismes de formation aveyronnais se sont associés : KeepSchool CEG, l’organisme de formation à l’initiative de ce projet, et HUMANIS Développement (centre habilité PCIE depuis mars 2015) qui a dispensé l’essentiel des formations et assuré le passage des tests PCIE. Une opération sur laquelle revient avec nous Christophe TURON, gérant du centre de formation Humanis Développement à Onet-le-Château.

PCIE : Bonjour Christophe, pouvez-vous en quelques mots nous faire une présentation de votre centre de formation et de ses activités ?

CT : Dirigé par 2 co-gérants, Humanis Développement mobilise une dizaine de formateurs et organise la majeure partie de ses actions de formation dans l’agglomération de Rodez, dans le département de l’Aveyron et les départements limitrophes. Nous disposons de 2 salles de formation et de bureaux pour les entretiens individuels.

Notre travail s’articule principalement autour de la formation continue (essentiellement dans le tertiaire), de contrats de professionnalisation ou de projets d’accompagnement (missions d’insertion, bilans de compétences…) où nous insistons sur la montée en compétence de demandeurs d’emplois.

Des activités qui nous permettent de travailler aussi bien avec des collectivités locales qu’avec des particuliers ou encore des entreprises privées, comme cela a été le cas récemment avec le Groupe Go&Live.

PCIE : Comment est justement née cette action de formation ? Comment s’est-elle déroulée ?

CT : Situé à Rodez, le siège social du groupe Go&Live a demandé à l’organisme KEEPSCHOOL CEG d’organiser une action de formation en bureautique à l’ensemble de ses salariés pour des parcours de formation allant de deux à trois jours, portant prioritairement sur Word et Excel, mais aussi sur Access et PowerPoint. Avec plus de 80 salariés qui y ont participé, l’action de formation a réuni conseillers, forfaitistes, membres du personnel administratif et du service informatique, agents d’accueil, équipe dirigeante du groupe…et même son PDG. Une implication globale qui a sans doute contribué à la réussite de la formation.

PCIE23052017-001

Du point de vue de l’organisation de la formation, KeepSchool CEG, n’ayant pas de certification PCIE, s’est rapproché d’Humanis Développement. Un partenariat efficace pour une action d’une telle envergure. La formation a été financée via les CPF des salariés : soit plus de 1 800 heures au total et ceci en moins de 6 mois.

Eligible au CPF, le standard de certification PCIE a notamment eu l’autre avantage de « dynamiser » la formation en motivant les salariés à obtenir leur certification. Beaucoup de ceux qui ont échoué vont revenir passer la certification une deuxième fois. La certification a en fait créé une véritable émulation de ce point de vue-là.

PCIE : Une expérience concluante en somme ?

Oui, d’autant que nous avons eu des retours extrêmement positifs suite aux formations réalisées. Ce partenariat a donc été concluant tant pour les salariés que pour les deux organismes de formation qui ont su travailler en toute complémentarité.

Pour plus d’informations ou pour toute question concernant un projet de formation PCIE au sein d’HUMANIS DEVELOPPEMENT, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Christophe TURON christophe.turon@gmail.com – Centre : HUMANIS DEVELOPPEMENT

Vous pouvez aussi contacter KeepSchool CEG en prenant contact avec Madame Emilie MAILLÉ : formation@keepschool.comhttp://keepschool.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/2/show Tue, 26 Sep 2017 16:27:34 +0200
<![CDATA[ECDL Roumanie certifie ses candidats sur l’impression 3D]]> Les enseignants et les étudiants de Bucarest ont récemment eu la chance de pouvoir certifier leurs compétences en matière d’impression 3D. Des candidats ont en effet pu suivre un programme de formation et passer leur certification grâce au projet EDCL EduHub qui a débuté au mois de Février 2017. Le projet a notamment été salué lors de la dernière édition du Forum ECDL qui s’est tenue à Malte les 17 et 18 Mai dernier.

Texte 43

Crée par ECDL Roumanie, le projet pilote EduHub a pris place au Veranda Mall de Bucarest en se proposant comme un espace éducatif sur l’apprentissage et l’usage des technologies.

Un projet qui est appelé à se développer avec l’avènement des nouvelles technologies et les besoins croissants en termes de Technologies de l’Information et des Communications (TIC), spécialement à l’intention des plus jeunes. ECDL Roumanie envisage de faire d’EduHub un centre d’excellence dédié à l’usage des ordinateurs en proposant des modules de formation homologués ECDL-PCIE, mais aussi des enseignements portant sur la réalité virtuelle, la robotique et l’intelligence artificielle.

Depuis le mois de février, des enfants ont ainsi pu bénéficier gratuitement de cours interactifs et des étudiants ont pu se préparer à leurs examens en TIC. Un jeune public qui a ainsi pu explorer de nouvelles technologies et notamment avoir accès à des imprimantes 3D.

A la fin du mois de mars, ce fut au tour des enseignants de suivre un programme éducatif dispensé par des experts de l’imprimante 3D. Ces derniers sont désormais en mesure de pouvoir transmettre leurs connaissances sur la question au sein d’EduHub.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/3/show Tue, 19 Sep 2017 16:34:22 +0200
<![CDATA[Le PCIE présent aux 14èmes IT Days By Alpix]]> Du 15 au 16 juin 2017, Alpix a organisé la 14ème édition de ses IT Days au Centre de Congrès de l’Aube, à Troyes. Journée « Portes Ouvertes » à l’origine, l’évènement s’est transformé au fil des ans en une véritable manifestation traitant chaque année des problématiques en matière de Technologies de l’Information et de la Communication.

Un rendez-vous régional qui a rassemblé une vingtaine de partenaires de référence (Alcatel Lucent, Epson, Dell, Lenovo, Symantec…), de nombreuses PME auboises, mais aussi près de 50 consultants qui ont pu partager points de vue et expertises.

Le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) en tant que standard international de certification bureautique était également présent à l’évènement.

Texte 42

Au programme cette année, une problématique d’envergure : « Entreprises, comment profiter de la révolution numérique ? ».

Pour y répondre, deux cycles de conférences portant respectivement sur :

– l’amélioration de la productivité des entreprises, les problématiques logicielles et la mobilité des collaborateurs de l’entreprise ;

– le cadre législatif et règlementaire applicable à ces questions.

Les 18 conférences et ateliers prévus lors de l’évènement ont ainsi évoqué un large panel de thématiques : Cloud Computing, WiFi, dématérialisation, objets connectés… Autant de technologies qui font aujourd’hui partie du quotidien de nos entreprises.

La formation professionnelle au cœur des enjeux

Vecteur de productivité essentielle, la formation professionnelle et son cadre réglementaire en pleine évolution ont également été évoqués lors de l’intervention de Christopher SULLIVAN, Directeur de la certification PCIE pour la France.

Réforme de la formation professionnelle et du Compte Personnel de Formation (CPF), décret du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue et mise en place du DataDock, entretiens individuels obligatoires… le secteur de la formation professionnelle doit désormais faire face à de nouvelles obligations légales.

Eligible au CPF, modulaire, dotée de ses propres outils d’évaluation et de certification des compétences, la certification PCIE s’est adaptée aux évolutions légales et règlementaires pour rester un atout majeur au service de l’employabilité des salariés et de la productivité des entreprises.

Des enjeux qu’Alpix a d’ailleurs anticipés en devenant en 2015 centre de formation habilité PCIE.

Alpix, une stratégie gagnante

Depuis 25 ans, Alpix conçoit, déploie et maintient des solutions de gestion, de travail collaboratif et d’infrastructures réseaux et télécoms pour les PME et PMI.

Premier acteur régional auprès des entreprises et collectivités locales pour l’intégration de solutions informatiques, Alpix réalise un chiffre d’affaires de 7M€ et emploie une équipe de 60 collaborateurs.

Les équipes d’Alpix proposent aux entreprises une offre globale composée de produits et services dans les domaines suivants : audit, consulting, ingénierie (Développement d’applications, de sites Internet), développement / Intégration, formation et assistance…

Texte 42 (2)

Cette année encore, les IT Days ont encore été l’occasion pour Alpix de présenter l’étendue de ses activités et d’exposer à près de 200 visiteurs quelques-unes des problématiques clefs auxquelles sont confrontées nos entreprises à l’heure de la révolution numérique.

Pour plus d’informations ou pour toute question concernant un projet de formation au sein d’Alpix nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Reginald MERGEY: rmergey@alpix.frCentre : Alpix

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/4/show Thu, 13 Jul 2017 16:46:23 +0200
<![CDATA[Les projets récompensés par le Forum ECDL 2017]]> Le Forum de la Fondation ECDL-PCIE qui s’est tenu à Malte les 17 et 18 mai dernier a été l’occasion de célébrer les 20 ans de la Fondation ECDL-PCIE, mais aussi de récompenser les projets d’implantation du standard mondial de certification bureautique ECDL-PCIE.

Comme chaque année, les récompenses attribuées saluent l’implication de la certification ECDL-PCIE au travers de quatre grandes catégories : Education, Marketing, Société, Lieu de Travail.

Education

Texte 40-1 Education

Centre de test ICDL-PCIE depuis 2011, l’Université des Sciences et Technologies (UST) du Yemen n’a cessé d’accueillir toujours plus de candidats à la certification ECDL-PCIE malgré la guerre civile qui sévit depuis plusieurs années dans le pays. Une réalisation qui est le fruit d’une étroite coopération entre Specto – opérateur national de la certification – et l’UST, et qui continue malgré des circonstances difficiles à faire de la certification ICDL-PCIE une condition nécessaire à l’obtention de certains diplômes au sein de l’Université.

Marketing

Texte 40-2 Marketing

Avec le projet EduHub, ECDL Roumanie a réalisé des présentations de la certification ECDL-PCIE au sein d’un centre commercial de Bucarest rendant ainsi le standard mondial de certification PCIE plus accessible à un jeune public. 150 jeunes candidats ont ainsi pu participer à des programmes pédagogiques dispensés par EduHub, dans un pays où la certification ECDL-PCIE est de plus en plus reconnue.

Société

Texte 40-3 Society

ECDL Pologne a été salué dans cette catégorie pour son implication dans le développement des compétences numériques en Pologne au regard des exigences du référentiel européen de compétences numériques DigComp.

Etabli par l’Union Européenne, le référentiel DigComp a pour objectif de redéfinir au sein des Etats-Membres les compétences numériques et les actions devant être menées pour un meilleur développement des Technologies de l’Information et de la Communication.

Lieu de Travail

Texte 40-4 Workplace

Développé depuis l’année dernière par ICDL Colombie, le programme ‘+Teletrabajo’ aide les travailleurs du secteur public à améliorer leurs compétences en matière de télétravail. Un programme qui a notamment été mis sur pieds avec le concours du Ministère Colombien des Technologies de l’Information et des Communications (TIC) et le Ministère Colombien du Travail.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des projets nominés cette année dans notre brochure (anglais).

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/5/show Thu, 01 Jun 2017 09:21:12 +0200
<![CDATA[La Fondation ICDL présente à la Conférence ISTE 2017]]> La Fondation ICDL, représentante du standard de certification PCIE au niveau international, a récemment participé à la conférence annuelle ISTE (International Society for Technology in Education) qui s’est tenue du 25 au 28 juin 2017 à San Antonio (Texas), Etats-Unis. Un évènement qui a permis de réunir plus de 20 000 éducateurs provenant du monde entier.

Texte 41

Pour rappel, au mois de mai dernier, la certification ICDL-PCIE avait déjà répondu avec succès aux critères du référentiel ISTE (ISTE Seal of Alignment).

La conférence a été l’occasion de présenter le référentiel ISTE et de discuter de son implantation avec les enseignants et le personnel administratif des écoles qui l’ont déjà adopté. Elle a aussi permis de dresser un état des lieux des niveaux de compétences numériques des étudiants et des enseignants.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/6/show Tue, 11 Jul 2017 09:27:16 +0200
<![CDATA[ECDL France célèbre son 1 500 000ème test !]]> Avec un million et demi de tests passés en France, le standard international de certification PCIE confirme sa position de leader dans la validation des formations bureautiques dans l’hexagone, une première place qui n’est pas due au hasard.

Opérateur national de la certification PCIE, ECDL France s’appuie depuis 1996 sur l’expertise de collèges d’experts internationaux pour proposer des tests de certification actant de compétences professionnelles en bureautique. Une ressource pédagogique qu’ECDL France met au service des actions de formation de ses centres habilités et qui fait du PCIE la première certification bureautique au niveau mondial, comme au niveau national.

Un succès que nous partageons avec nos centres, et une occasion de revenir sur le parcours de l’un d’entre eux.

NORESKAL-Keran-02

Centre PCIE habilité depuis 2002, l’école de commerce EGC Martinique a en effet fait passer le 10 mars dernier le 1 500 000ème test PCIE. Un test portant sur le Module Tableur, brillamment réussi par M. Kéran NORESKAL, étudiant en 1ère année de Bachelor (Bac+3) « Responsable en Marketing, Commercialisation et Gestion ».

Hervé-Lucenay

M. Hervé LUCENAY, référent PCIE d’EGC Martinique, témoigne des apports de la certification PCIE pour son établissement et nous fait part de la manière d’en tirer le meilleur profit pour ses étudiants.

PCIE : En quinze ans de partenariat avec le PCIE, EGC Martinique a fait passer plus de 4400 tests PCIE. Comment la certification PCIE s’est-elle intégrée aux formations proposées à vos étudiants ?

HL : La certification PCIE est totalement intégrée à la scolarité de nos étudiants. En 1ère année, les étudiants du Bachelor « Responsable en Marketing, Commercialisation et Gestion » passent leurs tests sur les modules Traitement de textes, Tableur et Présentation. En 2ème année, ils se concentrent sur les modules Base de Données et Services d’Information et Outils de Communication.

Dès le début de l’année scolaire, nous faisons passer des tests PCIE aux étudiants afin d’évaluer leurs compétences, mais aussi afin qu’ils mesurent le chemin qu’il reste à parcourir. En effet, rares sont ceux qui réussissent ce premier test d’évaluation. Nous organisons ensuite au cours de l’année des séminaires de quelques jours spécialement dédiés à un module. L’occasion d’améliorer significativement les compétences de nos étudiants. En plus de cela, nous leur proposons également des tests PREPA-PCIE qu’ils peuvent réaliser à distance en guise d’entraînement.

Le résultat de cette approche pédagogique : des taux de réussite au PCIE très élevés (87% sur le module Traitement de Textes ; 90% sur le module Présentation) et des compétences solides en matière d’outils bureautiques pour nos étudiants.

PCIE : Le PCIE semble d’ailleurs s’inscrire dans la démarche pédagogique de nombreux établissements proposant des formations de plus en plus axées sur le numérique ?

HL : Le numérique est aujourd’hui intégré à tout l’enseignement. Il est dans toutes les formations, il est transversal à toutes les matières enseignées, et cela suit le mouvement que l’on observe dans le monde professionnel.

Dans cette perspective, lorsqu’un étudiant de notre école réalise un rapport de stage, une partie de sa note finale se fait aussi sur sa capacité à utiliser le Traitement de Texte.

Même si nos étudiants sont de la génération des Digital Natives qui a grandi avec le numérique, il leur reste souvent beaucoup à apprendre quant à leur maîtrise des outils bureautiques.

PCIE : Quels sont les véritables avantages du standard mondial de certification PCIE pour vos étudiants ?

HL : Au début de leur scolarité beaucoup de nos étudiants pensent maîtriser les outils bureautiques, mais en fait ils n’utilisent les fonctionnalités des logiciels que par tâtonnements. Une méthode hésitante, qui leur fait perdre du temps.

Avec le PCIE, ils apprennent justement tout le contraire. Ils deviennent capables d’identifier rapidement une fonctionnalité, un raccourci, un ruban, un outil, une commande… ils deviennent précis dans leurs usages et acquièrent une technique solide.

Des compétences qui renforcent à coup sûr leur employabilité sur le marché du travail, mais aussi leur confiance en eux-mêmes et en leurs capacités.

PCIE : D’ici la fin de l’année 2017 de nouveaux modules PCIE seront officiellement lancés (Edition d’images, Gestion de Projets, Sécurité des TI, Travail Collaboratif en ligne…). Une évolution qui peut éventuellement s’inscrire dans les parcours que vous proposez ?

HL : Oui, c’est en effet une très bonne nouvelle. Au regard des enseignements que nous proposons, les futurs modules Edition de Site Web et Travail Collaboratif en Ligne pourront en effet très probablement intéresser nos étudiants.

Pour plus d’informations ou pour

toute question concernant un projet de formation au sein d’EGC

Martinique, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Hervé

LUCENAY : hlucenay@egc-martinique.com – Centre : EGC Martinique

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/8/show Tue, 04 Apr 2017 09:36:25 +0200
<![CDATA[Le Ministère des Finances du Vietnam accueille la certification]]> Plus d’une centaine de fonctionnaires travaillant au Ministère des Finances du Vietnam ont officiellement débuté leur programme de formation ICDL – PCIE en vue du passage de leur certification.

Texte 38

Le programme a pour but d’aider les participants à développer des compétences de base en bureautique qui leur serviront sur leur lieu de travail. Les équipes en question passeront les modules Technologies et Science de l’Information, Essentiels du Web, Traitement de Textes, Tableur, Présentation et Collaboration en ligne.

Le programme ICDL-PCIE, standard mondial de la certification bureautique, a reçu l’accréditation du Ministère de l’Information et de la Communication vietnamien.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/9/show Tue, 21 Feb 2017 09:38:35 +0100
<![CDATA[La certification ECDL-PCIE et sa reconnaissance internationale]]> En matière de certification, le développement à l’international a toute son importance. Une récente Etude Sectorielle sur les Registres Nationaux de Certifications insiste sur ce constat. L’étude en question, à laquelle a contribué la Fondation ECDL-PCIE, analyse les caractéristiques des Répertoires Nationaux de la Certification Professionnelle et la manière dont ceux-ci s’articulent avec le Cadre Européen des Certifications (CEC).

De toutes les certifications analysées dans l’étude, la certification ECDL-PCIE est celle que l’on retrouve dans le plus grand nombre de Répertoires Nationaux de Certifications. En Europe, comme dans le reste du monde. Un atout de poids pour le standard mondial de la certification bureautique.

La Fondation ECDL-PCIE a contribué à l’étude en partageant son expérience au travers d’entretiens et d’ateliers pour expliquer de manière plus approfondie ses résultats.

L’étude a relevé que l’existence d’initiatives à l’échelle internationale portant sur les Répertoires Nationaux de Certifications a principalement pour objectifs :

– de répondre à une demande visant des certifications reconnues internationalement, bénéficiant notamment à la mobilité des travailleurs ;

– de proposer un standard de certification international portant sur des programmes d’enseignements, jusqu’alors couverts par aucune certification à l’échelle nationale.

Au vu des enjeux en présence, l’étude recommande à ce que la création de liens directs, entre le CEC et les standards internationaux de certification comme le PCIE, soit examinée en profondeur.

Dans le prolongement de cette idée, l’étude propose également que la Commission Européenne et le CEC accompagnent l’introduction de certifications internationales au sein des Répertoires Nationaux de Certifications.

Retrouver plus d’informations à ce sujet sur le site de la Commission Européenne.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/10/show Tue, 10 Jan 2017 09:42:46 +0100
<![CDATA[La certification ICDL – PCIE s’étend aux standards thaïlandais]]> La correspondance entre les modules ICDL – PCIE et le Répertoire National de la Certification Professionnelle thaïlandais a été approuvée par l’Institut Thaïlandais de la Qualification Professionnelle, organisme gouvernemental chargé de développer les standards et les qualifications professionnels du pays.

Texte 37

Une initiative qui s’inscrit dans le sillage du programme Thailand 4.0 policy présentant un nouveau modèle économique ayant pour but de développer une économie basée sur la créativité et l’innovation et s’appuyant sur un usage efficace des technologies.

Un des quatre objectifs de ce programme a pour but le développement du capital humain à l’ère du numérique, afin d’assurer à la main d’œuvre thaïlandaise des compétences numériques en accord avec des standards internationaux comme le PCIE.

Damien O’Sullivan, Président de la Fondation ICDL – PCIE a déclaré au sujet de l’évènement : « Nous sommes honorés d’avoir ce partenariat avec le gouvernement thaïlandais. La Fondation ICDL s’engage à améliorer les compétences de la main d’œuvre thaïlandaise. »

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/11/show Thu, 16 Feb 2017 09:43:00 +0100
<![CDATA[2 catégories d’emplois épargnées par la révolution des TIC]]> Selon une dernière note d’information de l’OCDE, seules deux catégories d’emplois aux Etats-Unis ne seraient pas affectées par l’usage constant des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Malgré cela, le document rappelle que si l’on considère la population des 28 pays de l’OCDE prise dans son ensemble, plus de 50% de celle-ci n’est pas en mesure d’utiliser un ordinateur ou s’arrête au mieux aux tâches les plus basiques.

Un manque d’efficacité synonyme de coûts pour les travailleurs. Selon des recherches citées par la note d’information, les travailleurs disposant des plus bas niveaux de compétences numériques peuvent gagner jusqu’à 30% de moins que leurs collègues les mieux formés. En Angleterre, aux Etats-Unis ou à Singapour, cette différence peut même aller jusqu’à 50%.

La note d’information de l’OCDE recommande le développement des compétences numériques des étudiants pendant leurs années d’étude. Mais n’oublie pas non plus d’autres domaines comme la résolution de problèmes, le calcul ou l’écriture.

Elle insiste également sur le fait que les systèmes éducatifs doivent adapter leurs programmes aux besoins des employeurs et à leur souci constant de productivité et de compétitivité.

La note d’information est à lire an anglais sur le site de l’OCDE.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/12/show Tue, 14 Feb 2017 09:50:02 +0100
<![CDATA[Les enfants, premières victimes d’Internet]]> Enfants et parents semblent bien peu au courant des risques que peuvent représenter les réseaux sociaux. Telle est la conclusion tirée par le rapport ‘Growing Up Digital’ publié le mois dernier par le Commissaire à l’Enfance pour l’Angleterre.

Le rapport – portant essentiellement sur la manière dont les enfants peuvent naviguer sur Internet en toute sécurité – a révélé que les 12 – 15 ans passent près de 20 heures en ligne chaque semaine. Malgré cela, ils sont souvent peu informés des causes et conditions encadrant les services en ligne qu’ils utilisent. Ils ignorent également souvent comment reporter les agressions, harcèlements et messages à caractère sexuel dont ils peuvent être les premières victimes.

Anne Longfield, Commissaire à l’Enfance pour l’Angleterre et auteur du rapport en question, témoigne : « Internet peut être d’une influence incroyablement bénéfique, mais il serait totalement irresponsable de les [enfants] laisser errer dans un monde pour lequel ils ne sont pas préparés ».

Le rapport recommande à ce que tous les enfants anglais bénéficient d’une éducation numérique afin de mieux assurer leur protection sur Internet et de leur faire prendre conscience de leurs droits et responsabilités.

Alors que la sécurité en ligne est une problématique pour tous, il est crucial de s’assurer que les plus jeunes soient armés des compétences et des connaissances qui les aideront à éviter les dangers qu’ils peuvent rencontrer sur Internet.

Retrouver plus d’informations sur ce rapport sur le site du Commissaire à l’Enfance pour l’Angleterre.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/13/show Thu, 09 Feb 2017 09:51:50 +0100
<![CDATA[L’UE se mobilise pour les Compétences et l’Emploi]]> La Coalition en faveur des Compétences et des Emplois dans le secteur du Numérique, pilotée par la Commission Européenne depuis Bruxelles, a finalement connu son lancement officiel le 1er Décembre 2016. A cette occasion, les principaux représentants des grandes organisations impliquées dans le développement des compétences numériques se sont réunis.

Intervenant pendant l’évènement, le Vice-Président de la Commission Européenne Andrus Ansip a déclaré : « Permettre à plus de gens de développer leurs compétences numériques, c’est comme leur donner un ticket d’entrée pour l’économie numérique. Nous ne pouvons bâtir un Marché Unique du Numérique en Europe sans s’attaquer à la fracture numérique. Le lancement de la Coalition en faveur des Compétences et des Emplois est une étape importante dans notre effort commun d’amélioration des compétences numériques en Europe. »

Pour ce qui est de sa contribution à la « Coalition », la Fondation ECDL-PCIE s’est engagée à ce que 2 millions de tests d’évaluation ECDL-PCIE, pouvant mener à l’obtention de la certification, soient attribués au sein de l’Union Européenne d’ici la fin de l’année 2018.

texte-31

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration, Austeja Trinkunaite, représentante de la Fondation ECDL-PCIE, s’est jointe aux représentants des autres organisations impliquées et au Commissaire Européen à l’Economie Numérique, Günther Oettinger.

Retrouver plus d’informations sur la Coalition en faveur des Compétences et des Emplois sur le site de la Commission Européenne.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/14/show Thu, 05 Jan 2017 09:52:19 +0100
<![CDATA[La Fondation ECDL fête ses 20 ans !]]> La Fondation ECDL fête ses 20 ans en 2017 et ne manquera pas de célébrer l’occasion par tout une suite d’évènements qui rappelleront l’impact que la Fondation a pu avoir durant ces deux dernières décennies.

Né en 1997 comme un modeste projet financé à l’origine par le programme de recherche européen ESPRIT, nous avons grandi au point de compter aujourd’hui 15 millions de candidats dans plus de 100 pays dans le monde.

Des candidats qui ont pu utiliser les programmes et la certification ECDL – PCIE pour acquérir de nouvelles compétences et transformer leurs vies. En aidant des personnes en difficulté à retrouver emploi et indépendance au Zimbabwe ou en soutenant l’intégration de migrants en Autriche, la Fondation ECDL – PCIE a beaucoup accompli.

Qu’elle soit délivrée dans le centre de tests habilité le plus reculé de l’île norvégienne du Svalbard, dans un centre mobile néozélandais ou sur un navire de la Marine Royale des Pays-Bas, la certification ECDL – PCIE œuvre au développement des compétences en Technologies de l’Information et de la Communication aux quatre coins du monde.

Continuez à nous suivre dans les prochains mois pour en savoir plus sur ces initiatives qui ont marqué l’histoire du standard mondial de certification bureautique ECDL – PCIE.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/15/show Tue, 07 Feb 2017 09:53:16 +0100
<![CDATA[La Fondation ICDL-PCIE s’engage en Afrique du Sud]]> La branche sud-africaine du standard mondial de certification ICDL-PCIE a récemment participé à un évènement consacré à la mise en place des Technologies de l’Information et de la Communication au sein des communautés rurales d’Afrique du Sud.

Texte 33

Organisé par le Gouvernement du Cap Occidental, l’évènement a réuni les représentants officiels des « centres eAccess » afin de partager leurs expériences sur l’usage de la certification ICDL-PCIE. Les centres ont ainsi pu évoquer leurs initiatives pédagogiques autour du PCIE et la manière dont celles-ci aident à faire face à des contextes parfois difficiles (gangs de mineurs, fort niveau de chômage…).

Un centre a même pu reporter 80 000 utilisations de ses services en ligne, confirmant ainsi l’engouement colossal pour la certification ICDL-PCIE dans le pays.

Pour répondre au défi que représente le financement de ces actions, le gouvernement local y pourvoit gratuitement. Le résultat ? Un taux de réussite moyen de 88% sur les modules de base.

A l’occasion de l’évènement, Jennifer Van Niekerk – Présidente d’ICDL Afrique du Sud – a remis 80 certificats aux candidats ayant passé leur certification avec succès.

Le Gouvernement du Cap Occidental a indiqué de son côté avoir hâte de continuer sa collaboration avec la certification ICDL-PCIE en 2017, envisageant même des projets d’expansion de l’opération en cours pour toucher un public encore plus large.

Lire le texte en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/16/show Thu, 02 Feb 2017 00:00:00 +0100
<![CDATA[La police de proximité d’Abu Dhabi adopte le PCIE/ICDL]]> L’Institut de la Police de Proximité d’Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis a adopté la « Nouvelle Expérience Modulaire ICDL – PCIE » – comprenant le module Sécurité des Technologies de l’Information – afin de promouvoir les compétences numériques auprès de la police et de la population.

texte-30

Cette initiative remet à niveau la stratégie de l’Institut de la Police de Proximité en y intégrant les bonnes pratiques sur ces questions, ainsi que les derniers concepts pédagogiques qui permettront d’appuyer le développement de la police et d’assurer les plus hauts niveaux de sûreté et de sécurité.

L’adoption de la Nouvelle Expérience ICDL-PCIE a pour but de réduire la fracture numérique au sein de la police en lui fournissant des compétences en matière de protection des données, mais aussi toutes les ressources nécessaires à l’utilisation d’Internet et de l’outil informatique.

Les programmes de formation seront proposés au sein de l’Institut de la Police de Proximité qui a été habilité à devenir centre de test habilité ICDL-PCIE.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/17/show Tue, 20 Dec 2016 10:02:23 +0100
<![CDATA[Gros plan sur le Manifeste « Scale Up Europe »]]> Publié le mois dernier et co-rédigé par une communauté de start-up, le Manifeste « Scale Up Europe » présente 49 propositions pour « Aider l’Europe à monter en puissance ».

Parmi les nombreuses initiatives proposées en vue d’améliorer les compétences informatiques en Europe, le Manifeste insiste sur la nécessité de former les enseignants à l’enseignement des technologies de l’information, ou encore sur le fait que la programmation informatique devrait être enseignée dès l’école.

Le Manifeste appelle également l’Union Européenne à soutenir et à coordonner les activités des Etats Membres sur ces questions.

Une copie du Manifeste a été adressée à Günther Oettinger, Commissaire Européen à l’Economie et à la Société Numérique, qui l’a accueillie, en déclarant : « L’Europe a des entrepreneurs fantastiques – dotés d’une grande imagination et d’incroyables compétences techniques. Nous avons besoin de mettre en place, tous ensemble, un agenda qui mette la force du marché commun et le numérique au service de nos entrepreneurs, en vue d’une réussite internationale. C’est un commencement prometteur. J’ai hâte de travailler avec les start-up européennes et d’encourager leur montée en puissance sur la route du progrès, dans les semaines, mois et années à venir ».

Retrouvez plus d’informations sur le site Scale Up Europe.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/18/show Tue, 29 Nov 2016 10:05:54 +0100
<![CDATA[Le PCIE arrive bientôt au Nigeria]]> Le Président d’E-Tech Complete Solutions, Monsieur A.U Mustapha a visité le mois dernier les locaux de la Fondation ICDL à Dublin, pour discuter de l’implantation du programme ICDL-PCIE au Nigeria.

La réunion qui a eu lieu entre Monsieur Mustapha et Damien O’Sullivan, Président de la Fondation ICDL, a d’ailleurs abouti à la signature d’une lettre d’intention quant à la réalisation de ce projet. Le document prévoit la mise en place d’un partenariat entre la Fondation ICDL et E-Tech qui permettra de saisir toutes les opportunités qui se présenteront au sein de la plus puissante économie du continent africain.

texte23

Etabli depuis de nombreuses années au Nigeria comme centre de formation professionnelle pour adultes, E-Tech s’apprête à lancer le plus grand projet de formation en date dans la région, dédié aux compétences informatiques, avec la Brigade Fédérale de la Sécurité Routière.

Représentant de la Fondation ICDL pour le continent africain, ICDL Afrique entend participer activement aux discussions portant sur la culture numérique au Nigeria et y promouvoir la certification ICDL-PCIE comme le standard international de la certification bureautique.

Lire le texte en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/19/show Thu, 24 Nov 2016 10:07:38 +0100
<![CDATA[La sécurité sur Internet est essentielle]]> La sécurité en matière de Technologies de l’Information est une problématique grandissante selon une récente étude publiée par la Fondation ECDL-PCIE. Alors qu’un nombre croissant de personnes utilise des ordinateurs et navigue sur internet pour tous les usages de la vie courante, de plus en plus d’utilisateurs se retrouvent en prise avec des difficultés toujours plus complexes.

Publiée pendant le Mois Européen de la Cybersécurité, l’étude en question analyse nos besoins en matière de sécurité numérique, balayant les champs de la vie privée et de la vie professionnelle, tout en soulignant le rôle central de nos compétences dans la réduction des risques que nous rencontrons quotidiennement lorsque nous sommes en ligne.

Si les solutions technologiques en matière de cybersécurité sont nombreuses, l’étude rappelle qu’elles constituent, au mieux, une réponse partielle. Des compétences médiocres en matière de sécurité informatique rendent en effet ces solutions inopérantes ; que vous vous connectiez à un réseau Wifi non sécurisé pour effectuer des opérations sur votre banque en ligne, ou que vous partagiez à outrance des informations personnelles sur internet.

Pour les PME, les dommages subis en raison d’un défaut de sécurité numérique peuvent également être tout à fait significatifs. Selon des recherches effectuées au Royaume-Uni par le cabinet PwC, le coût moyen d’une faille de sécurité informatique peut facilement dépasser les 100 000 euros pour une petite société et plus de 2 millions d’euros en moyenne pour les plus grandes structures.

Pour plus d’informations à ce sujet et pour retrouver l’étude complète, rendez-vous sur le site de la Fondation ECDL-PCIE.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/20/show Tue, 22 Nov 2016 10:10:44 +0100
<![CDATA[Le PCIE fait ses débuts à l’Université du Panama]]> Après un projet pilote de cinq mois, l’Université du Panama est devenue centre de test homologué PCIE – ICDL et a fêté l’évènement en organisant une cérémonie le 1er septembre dernier en présence des candidats ayant obtenu leur certification.

La même semaine, ICDL Americas, l’opérateur du standard mondial de la certification bureautique PCIE – ICDL dans la région et l’Université du Panama, avaient également signé un Accord Cadre de Coopération, basé sur leurs intérêts mutuels à développer l’innovation, les avancées technologiques et les compétences améliorant l’employabilité et la productivité au Panama.

texte-20

Les enseignants, les élèves, les membres de l’Université du Panama et d’ICDL Americas, ainsi que les représentants des autorités gouvernementales ayant participé au projet étaient tous présents lors de la cérémonie.

Ayneth Cuellar, de l’Organisation des Etats Américains (OEA), a notamment fait remarquer que le projet pilote incluant la certification PCIE – ICDL avait été une expérience enrichissante, permettant aux candidats de se rendre compte de la réalité de leurs compétences numériques et de les améliorer.

Le projet qui a débuté au mois de mai dernier au sein de la Faculté des Technologies de l’Information, a été le premier à utiliser le PCIE – ICDL comme standard international de certification bureautique au Panama.

Après avoir complété sa phase d’habilitation pour devenir centre homologué, l’Université va commencer à proposer des programmes de formation et des passages de la certification PCIE – ICDL, à l’intention des étudiants, des enseignants et de la population locale.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/21/show Tue, 15 Nov 2016 10:12:05 +0100
<![CDATA[Le PCIE auprès des grandes institutions tunisiennes]]> Specto, opérateur du Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) pour la Tunisie a récemment organisé un évènement à Hammamet, afin d’insister sur l’importance de la certification PCIE – ECDL au sein de l’enseignement supérieur tunisien.

L’évènement a présenté les résultats d’un sondage sur les Technologies de l’Information et de la Communication conduit auprès de huit établissements de l’enseignement supérieur.

La Fondation ECDL était représentée par Amal Dimashki qui a réalisé une présentation portant sur les programmes homologués PCIE et leur adoption dans le monde entier.

Les grandes institutions tunisiennes que sont l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, les universités publiques et privées du pays, ainsi que l’Agence pour l’Assistance Technique et la Coopération, étaient représentées lors de l’évènement.

La manifestation a d’ailleurs reçu une large couverture médiatique par le biais des journaux, de la radio ou encore de la télévision locale.

Le Ministère de la Formation et de l’Emploi tunisien devrait également adopter le standard mondial de Certification Bureautique PCIE.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/22/show Fri, 06 Oct 2017 10:13:47 +0200
<![CDATA[250 000ème candidat pour ECDL Suisse !]]> ECDL Suisse a récemment célébré son 250 000ème candidat au PCIE lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Musée des Transports de Lucerne, suite à l’inscription de Mademoiselle Sonia Afonso, étudiante à l’Ecole de Commerce HSO.

Le programme PCIE-ECDL connaît un véritable succès dans le pays avec près de 16000 candidats à la certification chaque année. Des candidats qui, à l’instar de Sonia, sont très majoritairement jeunes ; 65% d’entre eux sont en effet âgés de moins de 26 ans.

Une tendance qui ne cesse de se confirmer et qui s’explique notamment du fait que 63% des candidats sont des étudiants. En tant que standard mondial de la certification bureautique, la certification PCIE intéresse également les candidats helvètes qui souhaitent compléter leur formation professionnelle (23%) ou encore ceux qui ont la possibilité de s’y préparer dans le cadre d’une mesure de retour à l’emploi (14%).

texte-21

Sonia a reçu sa certification PCIE des mains de Peter Grunenfelder, Directeur d’Avenir Suisse. Pour Sonia, qui a pu déclarer qu’elle était « convaincue que la certification PCIE allait bénéficier à sa carrière », la valeur du PCIE ne fait aucun doute.

Retrouvez plus d’informations sur le site internet d’ECDL Suisse.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/23/show Tue, 08 Nov 2016 10:14:51 +0100
<![CDATA[La Fondation ICDL renforce ses partenariats au Vietnam]]> C’est à l’occasion de la visite d’Etat du Président d’Irlande, Michael D. Higgins, que la Fondation ICDL – PCIE et le Ministère de l’Education et de la Formation Professionnelle du Vietnam ont signé une lettre d’intention au Palais Présidentiel d’Hanoï.

Le Ministre des Affaires Etrangères et du Commerce, Charles Flanagan, était également présent lors de la cérémonie de signature organisée par l’ambassade d’Irlande le 7 Novembre dernier.

La lettre d’intention a été signée par le Directeur Général du département des TIC au Ministère de l’Education, Nguyen Son Hai, et par le Président de la Fondation ICDL, Damien O’Sullivan, en présence du Président Higgins.

Le document insiste sur une collaboration plus étroite entre le Ministère de l’Education et la Fondation ICDL afin d’établir un cadre favorable aux Technologies de l’Information et de la Communication au Vietnam.

Dans le cadre d’une mission sociale visant à promouvoir l’alphabétisation numérique et le renforcement des compétences numériques pour tous – en particulier pour les étudiants – la Fondation ICDL – PCIE accueille très favorablement ce partenariat avec le Ministère de l’Education afin de valoriser la main d’œuvre actuelle et future du pays.

Cette collaboration fait également progresser le Vietnam dans son intégration à l’ASEAN et sur les marchés internationaux où le PCIE est reconnu comme le standard international de la certification bureautique.

L’amélioration du niveau de compétences numériques pour 22 millions d’étudiants au Vietnam induira un plus haut niveau d’employabilité et un développement social accru dans l’ensemble du pays.

texte-29

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/24/show Thu, 15 Dec 2016 10:05:54 +0100
<![CDATA[Les Forces de Défense irlandaises passent la Certification PCIE]]> Les Forces de Défense irlandaises ont pu constater tous les avantages que la certification PCIE – ECDL pouvait apporter à leurs effectifs.

En parlant de la façon dont le standard mondial de certification bureautique PCIE a été intégré aux Forces de Défense nationales, le Sergent-chef Will Fitzgerald a déclaré :

« Les Forces de Défense ont des exigences continuelles de formation, de manière à ce que leur personnel soit hautement qualifié dans l’usage des ordinateurs et dans un environnement où la compétence en Technologies de l’Information est essentielle pour la réalisation de la mission. » […] « La validation de nos compétences se fait par l’obtention de la certification PCIE délivrée par l’Irish Computer Society (ICS). Une large partie des effectifs réalise chaque année une formation homologuée PCIE au sein de l’un des nombreux établissements des centres de formation de l’armée, à bord des navires de la marine où à l’occasion de missions à l’étranger.»

L’interview complète du Sergent-chef est à retrouver sur le site de l’Irish Computer Society, Opérateur national de la Fondation ECDL pour l’Irlande.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/25/show Thu, 27 Oct 2016 10:17:27 +0200
<![CDATA[Le PCIE sollicité par les registres nationaux de certifications]]> Alors qu’il peut être difficile de comparer les qualifications et les certifications de différents pays, des initiatives comme la mise en place de Registres Nationaux de la Certification Professionnelle peuvent aider à y voir plus clair et à réduire les écarts de compétences sur nos lieux de travail, tout en encourageant la mobilité des travailleurs.

La Fondation ECDL a publié une nouvelle brochure, examinant plus en détail ces registres de certification, et analysant la manière dont le programme PCIE (Passeport de Compétences Informatique Européen) s’y intègre.

La certification PCIE – ECDL est une véritable certification internationale et est répertoriée dans les Registres Nationaux de la Certification Professionnelle de nombreux pays, au rang desquels figurent notamment la France, mais aussi Singapour, l’Australie, Malte ou le Royaume-Uni et bien d’autres.

Ces Registres Nationaux de la Certification Professionnelle sont, l’un après l’autre, répertoriés au sein du Cadre Européen des Certifications ou de ses équivalents régionaux à l’international.

En raison de son haut degré de compatibilité avec les registres de certifications et de sa reconnaissance officielle à l’échelle mondial, la certification PCIE offre un gage de portabilité dont peuvent profiter ses bénéficiaires, que ce soit au travail ou pendant leurs études, prouvant ainsi qu’ils ont obtenu une certification reconnue internationalement en matière de compétences numériques.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/26/show Tue, 25 Oct 2016 10:18:29 +0200
<![CDATA[L’Europe veut réduire sa fracture numérique]]> Il est facile d’ignorer les millions d’Européens qui ne disposent pas des compétences les plus basiques. L’omniprésence de la technologie et le libre accès au système éducatif au sein de l’Union Européenne n’empêchent pas pourtant 70 millions d’Européens de rencontrer des difficultés lorsqu’il s’agit d’écrire ou de compter. Pour ce qui est des compétences numériques basiques, 45% des Européens en seraient même totalement dépourvus.

Des chiffres aussi élevés représentent un désastre. Pour notre société et notre économie, une force de travail ne disposant pas de ces compétences basiques n’a que peu de chance d’être compétitive. Alors que les emplois qualifiés représentent aujourd’hui le meilleur moyen d’assurer la prospérité des entreprises et des pays européens, nous risquons de nous retrouver mal préparés aux enjeux actuels.

Une situation encore plus difficile pour les 45% de la population européenne en question. Les échanges avec les entreprises, les administrations et au sein de la société en général, se font de plus en plus par l’intermédiaire de la technologie et d’internet. Qu’il s’agisse de trouver un job, de remplir une feuille d’impôt, de s’enregistrer en tant que demandeur d’emploi, toutes ces démarches se font aujourd’hui par le biais de nos ordinateurs.

La Commission Européenne a bien relevé le problème représenté par le faible niveau de qualification des travailleurs européens en adoptant un Agenda pour des compétences nouvelles pour l’Europe.

Un des aspects les plus marquants de cette initiative réside notamment dans une « Garantie de Compétences » (renommée « Voies vers l’Amélioration des Compétences ») destinée à la population adulte européenne ne disposant pas de ces compétences de base.

Coordonnée par les gouvernements des Etats-Membres, elle donne également l’opportunité aux participants de se former en vue d’obtenir la certification de leurs compétences. Accessible aux travailleurs comme aux demandeurs d’emploi âgés de plus de 25 ans, la mesure bénéficie de financements gouvernementaux et européens (Erasmus+, Fonds Structurel Européen…).

Concrètement, elle adopte une approche se tournant vers l’évaluation des compétences existantes, avant de proposer des formations répondant aux besoins des participants, mais aussi une certification validant leurs acquis.

Bien qu’il ne s’agisse que d’une initiative parmi toutes celles figurant à l’Agenda, les « Voies vers l’Amélioration des Compétences » positionnent les compétences numériques au même niveau que les compétences de bases en matière d’écriture ou de calcul. Cela représente une première pour la Commission Européenne qui reconnaît ainsi officiellement le caractère essentiel des compétences numériques, en considération de l’importance grandissante du rôle de la technologie dans notre quotidien.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/27/show Tue, 13 Dec 2016 00:00:00 +0100
<![CDATA[Nos compétences au service de la prospérité économique]]> Rédigée à l’intention de la Commission Européenne, une étude de l’Université d’Oxford a récemment examiné les moyens qui permettraient d’augmenter la productivité au travail et de réduire la fracture numérique en Europe.

Le document, intitulé « Numérisation, Emplois et Convergence en Europe : Stratégies en vue de réduire le fossé de Compétences » se penche sur les effets que les technologies du numérique ont eu sur nos lieux de travail, l’automatisation, ou encore l’avènement de nouvelles tâches venues se greffer aux emplois existants.

Pour l’étude en question, les futurs succès de l’économie européenne passeront, d’une part, par la faculté de saisir toutes les opportunités offertes par les Technologies de l’Information et de la Communication, et dépendront, d’autre part, de la capacité à élever le niveau de compétences en la matière.

Constatant tout l’intérêt que les travailleurs de l’U.E auraient à améliorer leurs compétences, les auteurs de l’étude indiquent : « il y aura un besoin croissant pour les travailleurs européens de développer, affiner et mettre à jour leurs compétences tout au long de leurs carrières ». Les travaux menés reconnaissent également que si certains auront besoin de compétences numériques avancées, « la grande majorité des travailleurs devront (au moins) avoir des compétences de base ».

En plus d’analyser les problématiques actuelles et les domaines sur lesquels des actions méritent d’être menées, l’étude propose également des mesures spécifiques. Parmi elles, la création de centres de formation dédiés aux compétences informatiques, afin de « fournir des formations de base, aider les travailleurs à améliorer leurs aptitudes et encourager l’adoption de technologies numériques au sein même des entreprises ». Autre proposition, la création d’un portail des emplois numériques proposant « un standard de certification et de validation des compétences numériques pour tous les Etats Membres de l’U.E ».

L’étude complète est à retrouver sur le site de l’Université d’Oxford.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/28/show Tue, 18 Oct 2016 10:19:56 +0200
<![CDATA[ICDL Thaïlande aux côtés de l’Université Chang Maï]]> Forte de 40000 étudiants et de 2000 personnes chargées de leur encadrement, l’Université de Chang Maï est aujourd’hui l’une des plus grandes universités de Thaïlande. Une position qui oblige l’institution à fournir une formation toujours plus pertinente en accord avec les évolutions des technologies actuelles.

Dans cette perspective, l’Université s’est engagée dans un vaste projet intitulé « Développement de la Culture Numérique et des Compétences en TIC pour les Etudiants du 21ème siècle de l’Université de Chang Maï ». Une initiative qui s’est déroulée en plusieurs étapes et en partenariat avec ICDL Thaïlande.

Les départements d’Economie, d’Ingénierie et des Sciences Médicales ont tout d’abord été sélectionnés dans le cadre d’un projet pilote afin d’être les premiers bénéficiaires du programme. Une lettre d’intention signée entre ICDL Thaïlande et l’Université a ensuite été signée afin de déterminer formellement les objectifs éducatifs en cause. Enfin, une approche visant à « enseigner aux enseignants » (« Train the trainer approach ») a débouché sur la formation de trente membres du personnel d’encadrement de l’Université par des formateurs certifiés Passeport de Compétences Informatique. Des membres de l’Université qui ont également passé leurs tests de certification afin de devenir les futurs formateurs des étudiants.

Au total, 220 étudiants ont finalement pu bénéficier du programme de formation en question. Un résultat qui n’en restera sûrement pas là, puisque l’Université de Chang Maï est aujourd’hui un centre de tests homologué Passeport de Compétences Informatique. A l’avenir, ce sont près de 9000 étudiants chaque année qui devraient être en mesure d’y suivre une formation et d’y obtenir leurs certifications.

L’initiative permettra aux étudiants d’améliorer l’état de leurs compétences numériques, à l’heure où les principales organisations du pays, privées comme publiques, expriment leur souhait de recruter de jeunes diplômés, aux compétences certifiées par des standards internationaux, comme le Passeport de Compétences Informatique.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/29/show Fri, 13 Oct 2017 10:21:11 +0200
<![CDATA[ORDI’ZEN, portrait d’une croissance raisonnée]]> Créée à l’origine en 2004 pour être une entreprise spécialisée dans le dépannage et l’assistance informatique, la société ORDI’ZEN a depuis connu de fortes évolutions, dans son cœur de métier, comme dans sa stratégie.

Si ORDI’ZEN propose toujours des prestations de réparation, d’installation, de sauvegarde/récupération des données, à l’intention des sociétés et des particuliers, l’entreprise est également devenue en une dizaine d’années un centre de formation incontournable de sa région. Il faut dire que la PME d’Auray, dans le Morbihan, y a mis les moyens. Pas à pas.

Tout d’abord en mettant en place des programmes de formation dans le domaine de la bureautique, de l’informatique, du graphisme ou de l’Internet. Puis, en s’entourant d’une solide équipe, comptant aujourd’hui 7 salariés et pouvant s’appuyer sur l’expertise de partenaires externes, techniciens et formateurs. Les moyens matériels ont également suivis, puisque les nouvelles activités d’ORDI’ZEN ont également conduit l’entreprise à déménager en 2015, dans un espace de 250 m2, accueillant 4 salles de formation entièrement équipées et pouvant recevoir jusqu’à 40 stagiaires chaque jour. Une année 2015 qui sera aussi marquée par l’habilitation PCIE du centre de formation.

texte-17-2

ORDI’ZEN a également fait le choix en 2012 de devenir une Scop (Société Coopérative et Participative), afin d’associer au mieux ses salariés au développement de leur outil de travail, leur entreprise, qui se veut zen… naturellement.

AUR_ORDIZEN.JPG_g.rastoll

L’équipe d’ORDI’ZEN autour de Benoît Breton, dirigeant de la Scop (crédit photo – Le Télégramme Auray)

Des investissements et une philosophie qui paient, puisque depuis sa création, la PME a accompagné, dépanné ou formé, plus de 10 000 personnes sur le Morbihan.

Ordi’ Zen a décidé de mettre en place pour ses stagiaires le PCIE, le standard mondial de certification bureautique. Benoît BRETON , dirigeant d’ORDI’ZEN, nous en parle.

  • Quelles sont aujourd’hui les perspectives du centre de formation ORDI’ZEN ?

Benoît BRETON :

Après la certification de nos cursus en bureautique (grâce notamment au PCIE) et en PAO-WEB (avec notre Titre Pro Infographiste Metteur en Page), nous travaillons à faire certifier la qualité de notre centre de formation. Conjointement, nous continuons de mettre en place des solutions d’évaluation et d’accompagnement, notamment pour les demandeurs d’emploi et les salariés. Les entreprises locales nous sollicitent d’ailleurs de plus en plus dans le cadre de leurs plans de formation. Nous les aidons et les guidons dans leurs démarches d’évaluation du besoin, et dans le montage d’actions sur-mesure, en adéquation avec les financements en vigueur.

  • Que représente pour vous l’apport de la certification PCIE ?

B.B :

Le PCIE a conforté la qualité de nos actions de formation. En effet, l’évaluation avant et après le cursus, par un organisme extérieur, permet de mesurer efficacement les progrès réalisés grâce au processus pédagogique. Le passage de l’examen, quant à lui, offre un petit plus (quand ils l’obtiennent bien sûr), et symbolise clairement la bonne compréhension des notions acquises ! Même si nous nous accordons à dire que l’évaluation finale ne doit pas être le seul objectif pour une formation.

  • Quel est le retour de vos stagiaires sur la certification PCIE ? Pouvez-vous nous donner l’exemple d’une réalisation précise ?

B.B :

Les retours sont globalement bons. Au fur et à mesure de la formation, les stagiaires reprennent confiance dans leurs compétences. Dans certains cas, le PCIE les aide à se positionner dans leurs entreprises actuelles.

Nous avons eu le cas de stagiaires souhaitant travailler à l’étranger, en Ecosse ou en Irlande notamment, où le PCIE est quasiment obligatoire au recrutement. Ces stagiaires ont suivi le PCIE dans le but d’obtenir leurs certifications et ainsi pouvoir y postuler.

Pour plus d’information ou pour toute question concernant un projet de formation, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Benoît BRETON du centre ORDI’ZEN : administratif@ordizen.comCentre : ORDIZEN – SC AFE56

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/30/show Tue, 11 Oct 2016 10:22:26 +0200
<![CDATA[La Fondation ECDL lance le module « Marketing Numérique »]]> La Fondation ECDL lance son tout dernier module consacré aux compétences en matière de marketing numérique. Annoncé à l’occasion d’une présentation qui s’est tenue à Milan, organisée par AICA, opérateur italien de la certification ECDL-PCIE, le module « Marketing Numérique » s’adresse à un large public : employés de PME, étudiants en marketing, ou encore professionnels de la communication travaillant dans les secteurs public ou privé.

texte-27-2

Comme pour tous les autres modules ECDL, le module « Marketing Numérique » couvre des compétences clés dans le domaine et certifie que les aptitudes des candidats correspondent à un standard international de certification, élaboré grâce aux informations d’experts du monde entier.

Le module a été développé en réponse à la forte demande portant sur de nouvelles certifications numériques, ainsi que dans le cadre de l’engagement pris par la Fondation ECDL à l’égard de la Grande Coalition en faveur de l’Emploi dans le Secteur du Numérique.

La technologie a changé la face du monde des affaires et du commerce. Les clients peuvent désormais comparer les prestations de deux boutiques plus facilement que jamais. Les entreprises, quant à elles, ont la possibilité de pénétrer des marchés qui n’auraient jamais pu être atteints avant l’avènement d’Internet.

Malgré cela, il n’y a eu jusqu’alors que très peu d’occasions pour les patrons et employés de PME d’améliorer et de certifier leurs compétences en matière de marketing numérique et de s’ouvrir la voie de toutes les opportunités offertes par les Technologies de l’Information et de la Communication.

Aujourd’hui, seules 16% des PME européennes utilisent Internet pour vendre en ligne. Un chiffre qui acte de l’énorme potentiel de marché qu’ignore encore bon nombre d’entreprises européennes.

Retrouvez plus d’informations sur le module « Marketing Numérique » sur le site de la Fondation.

Télécharger le communiqué de presse en anglais

Lire l’article en anglais


]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/31/show Thu, 08 Dec 2016 00:00:00 +0100
<![CDATA[L’Inde lance ses Centres Internationaux de Formation]]> Officiellement annoncés le 15 juillet 2016 à l’occasion du premier anniversaire du programme Skill India, les quinze premiers « Centres Internationaux de Formation » devraient prochainement ouvrir leurs portes en Inde. Un lancement officiel qui s’est fait en la présence du Président indien Pranab Mukherjee et du Ministre de la formation et de l’entreprenariat Rajiv Pratap Rudy.

Les deux premiers modules du Passeport de Compétences Informatique, « Technologies et Société de l’Information » et « Gestion des documents» ont été sélectionnés en tant que programmes de référence pour les compétences en informatique, aux côtés des autres programmes spécialisés en langues, culture et enseignements techniques. Cinquante centres au total devraient être en mesure de proposer ces programmes d’ici la fin de l’année 2016.

Il s’agit du premier projet réalisé depuis la signature d’une lettre d’intention en avril dernier, entre la branche asiatique du Passeport de Compétences Informatique et la NSDC (National Skill Development Corporation) chargée d’assurer le développement des compétences à l’intérieur du pays.

Un document qui prévoit notamment la certification d’un million de travailleurs indiens dans les cinq prochaines années. Pour Tina Wu, Directrice Exécutive du Passeport de Compétence Informatique pour l’Asie, les raisons d’un tel partenariat se résument aux mots suivants : « Nous croyons que c’est la grande qualité des programmes du Passeport de Compétences Informatique, couplée à la reconnaissance internationale de la certification, qui ont fait que le gouvernement indien nous a choisi. »

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/32/show Thu, 06 Oct 2016 10:24:38 +0200
<![CDATA[Le Ministère du Travail colombien certifié ICDL-PCIE]]> Cinquante employés du Ministère du Travail colombien sont actuellement formés et certifiés en télétravail, par le standard mondial de la certification bureautique ICDL-PCIE.

Depuis août, la formation et la certification des compétences numériques des employés du Ministère du Travail colombien prennent place dans le cadre d’un accord-cadre entre le Ministère et ICDL Colombie.

texte-27

Les cinquante employés en question participent au programme « + Telework », permettant de développer et de renforcer les compétences numériques optimisant le travail à distance. Le programme de formation, bénéficiant du support de l’Université de Pamplona, inclus les « Essentiels du Web », le module « Sécurité des TI », ainsi que des modules purement dédiés aux outils bureautiques.

A la fin de la formation, chaque employé pourra recevoir son certificat ICDL-PCIE, montrant qu’il a bien acquis les compétences de bases et les aptitudes permettant d’utiliser productivement les outils bureautiques les plus essentiels.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/33/show Tue, 06 Dec 2016 00:00:00 +0100
<![CDATA[AICA propose des tests PCIE pour la G Suite de Google]]> AICA, opérateur national du Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) pour l’Italie, a pris part au projet Enseignement et Travail par le Cloud au sein du Programme « Smart Cities, Communities and Social Innovation », sponsorisé par le Ministère de l’Education italien.

Dans sa contribution au projet, AICA a développé des tests ECDL-PCIE de niveaux initiation et intermédiaire sur les applications G Suite (Google). Les candidats peuvent ainsi tester leurs aptitudes sur des modules « Traitement de Texte », « Tableur », « Présentation », « Essentiels du Web », ou encore « Travail Collaboratif en ligne ».

AICA a également développé une solution e-learning spécifique pour ces modules, incluant tests d’évaluation, leçons sur format vidéo, exercices et vérification des connaissances.

Anciennement « Google Apps for Work », G Suite présente un éventail de solutions en ligne, gratuites pour l’utilisateur, comprenant : Gmail (messagerie électronique), Google Chrome (navigateur web), Hangouts (système de messagerie instantanée intégrant texte, vidéo et appel), Calendar (solution d’agenda), Docs (traitement de textes), Sheets (tableur), Slides (présentation).

Le projet Enseignement et Travail par le Cloud est actuellement en cours et se clôturera au début de l’année 2017.

La certification ECDL-PCIE, standard international de la certification bureautique, sera très prochainement disponible dans les centres de tests habilités ECDL-PCIE en Italie.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/34/show Thu, 01 Dec 2016 00:00:00 +0100
<![CDATA[Les TIC influenceront tous nos emplois]]> Quel est le point commun entre un producteur laitier, un ouvrier de production, un dessinateur industriel, un électricien, le commis d’une compagnie de transport, un mécanicien, un détective de police, un intervenant de la formation professionnelle, un concierge, le docteur d’un hôpital, un dessinateur de films d’animation ou encore un spécialiste de la publication assistée par ordinateur ?

A en croire une étude de la Commission Européenne publiée en juin dernier, tous ces métiers connaîtront l’impact grandissant des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans leurs champs d’activités respectifs. Qu’il s’agisse d’effectuer de simples opérations de calculs ou d’accomplir des tâches analytiques plus complexes, aucun de ces métiers ne semble pouvoir échapper à l’influence des TIC. Tous demandent ou demanderont des compétences numériques avancées, propres à l’utilisation de logiciels spécifiques, ou de simples compétences de bases afin d’utiliser des logiciels et des applications plus généralistes, mais pourtant devenus indispensables.

Les études précédentes sur le sujet, et notamment celles publiées par l’OCDE, avaient déjà mis en lumière le fait que la technologie pouvait permettre de traiter plus rapidement des tâches routinières, simples ou répétitives. Dans cette dernière étude, il semblerait que même pour des tâches plus complexes ou sophistiquées, comme un diagnostic médical ou la résolution d’une affaire criminelle, les ordinateurs et les compétences numériques de chacun aient un rôle toujours plus important à jouer.

Des conclusions qui conduisent à faire de la promotion des compétences en matière de TIC l’un des grands défis de demain.

L’étude en question est un rapport intermédiaire dont les résultats complets seront publiés en fin d’année. Les informations portant sur les premiers résultats de l’étude peuvent d’ores-et-déjà être consultés sur le site de la Commission Européenne.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/35/show Tue, 04 Oct 2016 10:30:45 +0200
<![CDATA[CPF – Les 10 formations les plus demandées]]> Sur les 60 000 dossiers CPF (qui ne représentent que 20% des 300 000 dossiers – 1/5 seulement des CPF) pour les salariés des 14 derniers mois 70% sont concentrés sur 10 demandes de formations et plus de 50% sont des demande de formation en anglais. Pourquoi l’anglais a t-il tant de succès.

Les langues et plus particulièrement l’anglais (toutes les langues étrangères ne sont pas encore éligibles) sont donc sans suprises en tête des demandes des employés, puis loin derrière se trouve la VAE, la bureautique (TOSA + PCIE), CLéA puis les CACES .

Certifications et nombre de dossiers :

  1. TOEIC : 16265 dossiers
  2. BULATS : 13863 dossiers
  3. VAE : 3600 dossiers
  4. PCIE : 2088 dossiers
  5. CLéA : 1539 dossiers
  6. TOSA : 899 dossiers
  7. Permis cariste : CACES R389 780 dossiers
  8. Préparation à l’installation : 673 dossiers
  9. Sauveteur-secouriste du travail : 558 dossiers
  10. Aptitude à la conduite en sécurité CACES : 480 dossiers

Lire l’article sur http://www.cpformation.com : http://www.cpformation.com/cpf-les-10-formations-les-plus-demandees/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/36/show Thu, 31 Mar 2016 10:32:59 +0200
<![CDATA[Agenda pour des compétences nouvelles pour l’Europe]]> Présenté le 27 juin dernier à Bruxelles par la Commission Européenne, l’Agenda pour des compétences nouvelles pour l’Europe appelle, au travers de dix mesures clés, à une amélioration générale des compétences sur le continent européen. Dans sa ligne de mire, l’acquisition de compétences de base en matière d’écriture, de lecture et de calcul pour près de 70 millions d’Européens[1], mais aussi la promotion des compétences informatiques, essentielles à l’utilisation du plein potentiel de l’économie numérique.

texte-8

Pour ce qui est de l’ensemble de ces compétences, la mise en place d’une « Garantie de Compétences » a même été annoncée. Elle s’adresserait plus particulièrement aux adultes peu qualifiés et viserait à leur faire acquérir un niveau minimal, assimilable à une qualification de deuxième cycle de l’enseignement secondaire.

Une «coalition en faveur des compétences et des emplois numériques» rassemblera également les Etats membres, ainsi que les acteurs clés du monde de l’emploi, de l’industrie et de l’éducation, afin de garantir aux personnes et à la main d’œuvre en Europe, l’acquisition de compétences numériques pertinentes.

Sur un plus long terme, l’Agenda pour des compétences nouvelles pour l’Europe prévoit également de réviser le cadre Europass permettant de présenter et faire valoir ses compétences de manière claire et lisible, mais aussi la Recommandation sur les Compétences Clés, définissant le socle de connaissances minimum permettant d’améliorer les conditions de vie et de travail de millions d’Européens.

Invité à s’exprimer à l’occasion de la présentation de ces mesures, Valdis Dombrovskis, Vice-Président de la Commission Européenne chargé de l’Euro et du Dialogue Social, a déclaré :

« A l’heure où des millions de personnes au sein de l’UE sont actuellement sans emploi, nous devons faire tout notre possible pour les aider à obtenir les bonnes compétences sur un marché du travail en pleine évolution. Le plan d’action en dix points présenté aujourd’hui vise des domaines dans lesquels l’UE peut aider à faire bouger les choses, en assurant une meilleure reconnaissance des qualifications au sein de l’UE, ou encore au travers de la Garantie de Compétences qui permettra aux adultes peu qualifiés d’acquérir les connaissances de base en lecture, calcul et compétences numériques ».

L’Agenda pour des compétences nouvelles pour l’Europe fait partie du programme de la Commission Européenne pour la promotion de l’emploi, de l’investissement et de la croissance. La Fondation ECDL salue bien évidemment les dispositions touchant aux compétences numériques, qui contribueront à élever le niveau général de compétences au sein de la main d’œuvre, des systèmes éducatifs et de nos sociétés, partout en Europe.

Lire l’article en anglais

[1] Pour plus d’informations sur ce chiffre, voir les résultats détaillés de l’étude suivante : http://ec.europa.eu/priorities/sites/beta-political/files/skills-education-life-long-learning_fr.pdf

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/37/show Thu, 29 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[La Mutualité Française en Lot et Garonne choisit le PCIE]]> Depuis septembre 2015, plusieurs salariés de La Mutualité Française en Lot et Garonne participent à une session de formation sur les outils bureautiques. Ces parcours ont pour objectif d’améliorer et de renforcer les usages autour de la bureautique.

Chaque parcours, d’une durée de 69 heures permettra à chacun des participants, au-delà des compétences acquises durant la formation, de certifier leurs connaissances sur les différents logiciels de bureautique par le passage du PCIE.

Lire l’article sur instep-aquitaine.org : http://instep-aquitaine.org/pcie-passeport-de-competences-informatique-europeen/

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Mademoiselle Sandrine DUPRE du centre Instep Aquitaine : sandrine.dupre@instep-aquitaine.orghttp://instep-aquitaine.org/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/38/show Thu, 26 Nov 2015 10:34:52 +0100
<![CDATA[Vosges : un passeport de compétence]]> La société Start Info, implantée à Anould dans les Vosges, a reçu l’habilitation « centre agréé PCIE ». Seuls deux centres vosgiens possèdent ce Passeport de Compétence Informatique Européen.


La société Start Info est une jeune société créée en décembre 2013. Elle s’est spécialisée dans la prestation de formation informatique, bureautique et comptabilité. Elle propose également des solutions informatiques et notamment des services tels que l’infogérance, installations et déploiements, dépannages, maintenance informatique…

Ces domaines d’interventions vont du simple dépannage sur site à la gestion de parcs informatiques, pour les entreprises ou les particuliers.

Concernant le PCIE, ce passeport représente un standard international de certification des compétences bureautiques. Il permet aux stagiaires de valider et de valoriser les connaissances acquises lors des formations, un atout pour trouver un employeur lorsque l’on est en recherche d’emploi, ou bien de valoriser sa formation dans le cadre d’une formation suivie par un DIF.

Lire l’article sur www.lorrainenumerique.net : http://www.lorrainenumerique.net/index.php/smallnews/detail?newsId=19289

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Monsieur Selim DJAFER du centre START INFO : contact@start-info.comwww.start-info.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/39/show Mon, 24 Aug 2015 10:35:55 +0200
<![CDATA[La réalité augmentée au service des entrepreneurs]]> Les dernières tendances en matière de nouvelles technologies, le cloud computing, les évolutions en matière de téléphonie mobile, de réseaux, offrent tout un éventail d’opportunités et de services en devenir au sein de ce que nous appelons aujourd’hui l’Economie de la Connaissance.

Sur la base de ce constat, ECDL Lituanie s’est engagé au sein du projet ARTE (Augmented Reality for Technical Entrepreneurs), afin de créer une architecture, un programme et un contenu commun pour un tout nouveau module de formation intitulé « Réalité Augmentée pour les Entrepreneurs du Secteur Technologique ».

Le projet a été dirigé par un certain nombre d’organismes particulièrement actifs dans ces domaines et a bénéficié d’un programme de financement de l’Espace Economique Européen (EEE), subventionné par l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Le module « Réalité Augmentée pour les Entrepreneurs du Secteur Technologique » s’adressera particulièrement aux intervenants de l’enseignement supérieur spécialisés dans les sciences, l’ingénierie ou le commerce. ECDL Lituanie s’est impliqué dans la création du programme de formation et a informatisé les tests de réalité augmentée.

La documentation concernant la formation a été publiée en anglais, ainsi que dans la langue de chaque partie prenant part au projet.

Si ECDL Lituanie souhaite poursuivre son travail dans le domaine de la réalité augmentée, le projet ARTE 2016 a d’ores-et-déjà reçu la récompense officielle de l’agence nationale roumaine chargée des programmes communautaires dédiés à l’éducation et à la formation (ANPCDEFP).

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du projet ARTE .

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/40/show Tue, 27 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[Plus de 700 certificats PCIE dématérialisés en 6 mois]]> Lancé en octobre 2014, le site VérifPCIE.fr est devenu le moyen le plus simple et le plus rapide pour donner la preuve des modules PCIE réussis. Avec des offres d’emploi qui exigent de plus en plus de vraies compétences bureautiques, il devient essentiel de se différencier des autres candidats qui ne font qu’inscrire « Maîtrise de Word et Excel »… Ce qui ne veut absolument rien dire !

Avec VerifPCIE.fr il devient simple de montrer à un recruteur vos modules PCIE réussis, et toujours en temps réel. Ainsi, il est inutile d’attendre votre certificat PCIE par la poste, il suffit juste de donner votre N° de carte PCIE et votre nom de famille pour aller vérifier instantanément vos succès. Également possible, vous pouvez copier le lien fourni dans MonPCIE.fr et le coller dans votre CV en pdf. En cliquant dessus on tombe directement sur votre certificat dématérialisé, comme ici : VerifPCIE.fr

Depuis octobre 2014 c’est plus 60.000 tests PCIE qui ont été passés, et déjà plus de 700 certificats PCIE en ligne qui ont été vérifiés par des recruteurs.

Vous souhaitez vous aussi passer votre PCIE pour augmenter votre employabilité ? Cliquez ici pour en savoir

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/41/show Thu, 04 Jun 2015 10:37:35 +0200
<![CDATA[ICDL Colombie au Salon International du Télétravail]]> Organisé par le Ministère colombien des Technologies de l’Information et des Communications (TIC) et le Ministère colombien du Travail, bénéficiant du soutien du Ministère de la Justice, du Département des Services Publics et de celui de la Mairie de Bogota, le 3ème Salon International du Télétravail s’est tenu du 30 au 31 août dernier au sein de la capitale colombienne.

texte-14

ICDL Colombie y a présenté son programme ‘+Teletrabajo’, offrant la certification ICDL (version internationale du PCIE – Passeport de Compétences Informatique Européen) dédié aux besoins spécifiques des télétravailleurs.

Le projet a reçu le soutien du Ministère des Technologies de l’information et des Communications et du Ministère du Travail, dans la perspective de certifier les compétences numériques des télétravailleurs par l’obtention d’un standard de certification international. Un moyen de prouver que les télétravailleurs disposent bien des aptitudes qui leur permettent de travailler de manière productive, mais aussi d’accompagner la Colombie à l’heure de la mondialisation.

Pendant l’évènement, le stand d’ICDL Colombie a tenu différents ateliers portant sur « Le Télétravail et la Productivité », « la Constitution d’un Réseau de Connaissances avec LinkedIn » ou encore sur les domaines clés en matière de télétravail.

Récemment, les résultats d’une « Etude sur la pénétration et la perception du Télétravail » dans la société colombienne ont révélé, qu’entre 2014 et 2016, celui-ci avait progressé de 9% à 16%. Une augmentation qui porte aujourd’hui le total des télétravailleurs à 95 000 personnes. Pour le Ministère des TIC, l’objectif est d’atteindre le chiffre des 120 000 d’ici à 2018. Le Pacte du Télétravail a également été signé dans le cadre d’un partenariat entre les secteurs public et privé, afin de promouvoir les avantages du travail à distance.

Jusqu’ici, ICDL Colombie a mené à bien de nombreux projets comme la formation et la certification de fonctionnaires du Ministère des TIC, ou encore un ambitieux projet au sein des prisons du pays, afin de donner à plus de 200 détenus la possibilité d’obtenir la certification PCIE – ICDL dédiée au télétravail. Une opportunité qui pourrait leur redonner une chance de retrouver un emploi, poursuivre une formation ou de développer d’autres perspectives.

Le potentiel des nouvelles technologies est bien réel, mais le meilleur moyen de l’optimiser passe par le développement et le savoir. La société de l’information et de la connaissance dans laquelle nous sommes exige que nous soyons connectés, mais aussi de maîtriser les outils numériques nous permettant de travailler ensemble.

Pour plus d’informations à ce sujet (en espagnol) : http://masteletrabajo.org/

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/42/show Thu, 22 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[Une belle promotion pour l’AFIP Sud-Ouest]]> Ce vendredi c’est dans les locaux de Cap Delta à Verniolle qu’a eu lieu la remise officielle des diplômes aux lauréats 2014 de ce centre de formation dédié au tertiaire et dirigé depuis 2009 par Georges SANNA.

Une douzaine de lauréats pour la remise de deux diplômes. Tout d’abord le fameux Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) permettant aux stagiaires, des candidats à l’emploi, de valider leur maîtrise des outils bureautiques transversaux au travers de quatre grands thèmes: technique d’information et gestion informatique, traitement de texte et tableur, présentation assistée (le fameux PowerPoint). Mais aussi faire preuve de compétences directement opérationnelles dans le monde de l’entreprise.

Des outils bureautiques pour être efficace en entreprise

Ce Passeport de Compétences Informatiques Européen (PCIE) est reconnu dans 150 pays et c’est déjà plus de 14 millions de candidats au monde qui l’ont passé (la France est au 11e rang européen).

Reconnu dans les grandes entreprises (telles que Renault ou Inter-Marché) ou les PME/TPE, il permet également de valider les acquis et les compétences de demandeurs d’emploi en leur fournissant comme c’est le cas ici une certification supplémentaire pour renforcer leur CV.

Selon le cas, la formation est gratuite (entièrement financée par la Région pour les demandeurs d’emploi) ou par les organismes collecteurs quand elle mise en place par les entreprises (Agefos, Fongecif…).

Seul organisme de formation spécialisé dans les métiers tertiaires en Ariège, l’AFIPSO se veut une tête de pont en Ariège des directives nationales en matière de certification, qui progressivement se fait une belle place au panthéon des formations qualifiantes.

Elle intervient dans la bureautique, mais aussi la comptabilité, la gestion de paie. Hormis les compétences techniques validées et valorisées, l’organisme s’efforce de développer chez ses candidates autonomie, polyvalence et adaptabilité.

Des compétences en relation avec la demande de ce bassin d’emploi qui a déjà permis à certaines lauréates de trouver du travail comme l’indique le formateur. «Il s’agit bien entendu de donner des armes adaptées à notre tissu économique pour trouver rapidement le chemin de l’emploi, mais également pour entretenir sa pratique, sa technicité et rester en éveil.

Les absents sont au boulot, je tiens à remercier ceux qui ont pu se libérer pour participer à cette remise de diplômes».

La valeur moyenne sur l’ensemble des tests est de 88 % de réussite (pour obtenir cette validation, il faut obtenir 90 % de bonnes réponses, les candidats qui n’atteignent pas les 75 % sont obligés de repasser les tests).

Un long parcours depuis le dépôt du dossier de candidature préalable à la sélection, semé de doutes et justement récompensé, mais au cours duquel ces candidats auront bénéficié du meilleur « accompagnement possible basé sur des formations modulaires et individualisées, réactives »

C’est une mécanique bien huilée qui permet grâce à l’accueil, l’accompagnement et à l’infrastructure fournis par la pépinière Cap de trouver à Verniolle une zone d’influence centrale en connexion directe avec le tissu économique local.

1re promotion pour le projet Voltaire en Ariège

C’est une certification proposée en exclusivité par l’AFIPSO. Le certificat Voltaire est un véritable examen d’orthographe et de maîtrise de la langue française. Les premiers récipiendaires ariégeois se sont vus gratifiés de leur diplôme vendredi.

À l’instar du Toefl pour l’anglais où du Goethe pour l’allemand, ce test évalue les capacités des candidats à travers plusieurs étapes. Après un QCM de 195 questions et deux heures et demie d’examen, ils candidats doivent attendre 15 jours avant de connaitre leurs résultats.

Différents niveaux sont définis en fonction du score. Avec 300 points, vous maitrisez l’« orthographe technique ». Avec 500, l’« orthographe professionnelle » (niveau secrétaire-assistant).

L’«orthographe d’affaires» s’ouvre à vous si vous avez 700 points (vous pouvez corriger des écrits au sein d’un service). Et si vous obtenez 900 points, vous voilà «expert».

«Une faute dans un CV ou une lettre de motivation peuvent remettre en cause le sérieux d’un candidat à l’embauche et un assistant doit pouvoir écrire sans fautes d’orthographe», argumente Georges SANNA, promoteur de ce dispositif «révolutionnaire» qui donne accès en toute autonomie à un portail d’e-learning permettant à chaque candidat d’avoir un accès libre aux modules d’apprentissage en fonction du temps disponible dont il dispose.

«Onze personnes ont eu accès à ce portail, nous avons enregistré un temps moyen de connexion de 15 h. Deux groupes se sont nettement détachés: 7 personnes ont atteint le niveau 500 et 3 le niveau 700 avec une progression de 30 %. Au final cette certification peut faire la différence sur un CV, car selon les études 82 % des recruteurs sont sensibles à l’orthographe des candidats».

Le projet Voltaire est né d’un constat : depuis 20 ans la maîtrise de l’orthographe d’usage régresse, mais également celle de la conjugaison ou de la maîtrise des accords.

Depuis 2008 des experts en orthographe (parmi les membres du comité chargé de préparer les questions, Bruno DEWAELE, l’unique champion du monde d’orthographe) et des programmateurs (c’est la société lyonnaise Woonoz qui s’est penchée sur le projet) ont mis au point le certificat issu du Projet Voltaire qui propose des remises à niveau en orthographe.

«De plus en plus d’entreprises font appel au certificat pour inciter leurs salariés à mieux écrire», explique le formateur dont la priorité est le retour à l’emploi de ses stagiaires.

Cependant il ne s’interdit pas d’aller plus loin et de répondre aux besoins des entreprises. «ici dans ce cas de figue la certification est prise en charge par le Conseil régional dans le cadre de stagiaires en recherche d’emploi, mais elle peut aussi s’étendre aux entreprises».

Deux cas de figure se présentent alors. Le salarié peut débuter une démarche volontaire dans le cadre de son Droit Individuel à la Formation (DIF). Une convention est alors signée entre l’organisme formateur agrée, le salarié et l’employeur.

Deuxième cas de figure, le directeur des ressources humaines ou le responsable d’une entreprise peut s’adresser directement au formateur pour créer un projet personnalisé comprenant un diagnostic des employés, la proposition de formations en fonction des besoins des salariés et le passage du certificat Voltaire.

De nombreux salariés choisissent aujourd’hui d’afficher le certificat Voltaire sur leurs CV, comme véritable atout de recrutement. «C’est la troisième année d’existence pour Voltaire et notre première session en tant qu’organisme agrée, mais il est vrai que dans les métiers du tertiaire qui sont souvent des métiers à taux de tension importante dans la région (et plus encore dans le département de l’Ariège) ces certifications peuvent faire la différence, tant au niveau des grands comptes que des petites entreprises».

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Monsieur Georges SANNA du centre AFIPSO : afip2@wanadoo.frwww.afipso.fr

Lire l’article sur www.ariegenews.com : Une belle promotion pour l’AFIP Sud-Ouest

Auteur : Laurence CABROL

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/43/show Fri, 06 Oct 2017 10:38:57 +0200
<![CDATA[Visite de la Fondation ICDL au Vietnam]]> Les représentants de la Fondation ICDL (International Computer Driving Licence), gestionnaire du Passeport de Compétences Informatique, ont rencontré au mois de mai dernier le Ministre vietnamien de l’Education et de la Formation. Le but de cette rencontre : discuter de la standardisation et de la promotion des compétences informatiques, aussi bien au sein du système éducatif, que de la force de travail du pays.

Damien O’Sullivan, président de la Fondation ICDL, et Tina Wu, directrice générale du Passeport de Compétences Informatique pour l’Asie étaient présents lors de la réunion, en compagnie du Docteur Nguyen Xuan Vang, directeur du Département de la Coopération Internationale du Ministère de l’Education et délégué au département des Technologies de l’Information.

texte-6

Les membres de la Fondation ICDL et du Ministère de l’Education ont pour but commun de promouvoir les compétences informatiques, à une époque où les technologies du numérique connaissent un développement rapide et où nos économies sont plus interconnectées que jamais. ICDL Asie s’est ainsi engagé à coopérer avec le Ministère de l’Education du Vietnam, afin d’améliorer les compétences informatiques et les connaissances en technologies de l’information des étudiants et des enseignants vietnamiens.

A la fin de la rencontre, les parties en présence ont convenu de signer une lettre d’intention sur la base des informations échangées. Le document en question permettra ainsi au Ministère de l’Education de mettre en place un cadre de référence en matière de technologies de l’information et de la communication, reconnu internationalement au travers du Passeport de Compétences Informatique.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/44/show Tue, 20 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[La France se classe 11ème en Europe]]> Selon une étude de l’Union Européenne menée en 2012, seulement 28% de la population française dispose de compétences bureautiques à peine meilleures que le niveau de base. La France se classe ainsi 11ème en Europe.
C’est dans les pays avec le plus de certifiés PCIE (plus de 10% de la population) que l’on trouve le niveau de compétences bureautiques le plus élevé : Islande, Danemark, Norvège, Suède…

Les pays scandinaves sont en effet loin devant avec jusqu’à 52% de la population ayant des compétences plus que basiques. Le Luxembourg est aussi largement devant la France avec plus de 42% des luxembourgeois maitrisant la bureautique.

On constate aussi que le France reste derrière les pays dans lesquels le PCIE a été mis en place par l’Éducation Nationale comme le Royaume-Unis, l’Estonie ou encore l’Autriche.

Au même niveau que la France nous trouvons l’Espagne ou la Belgique.

Après l’étude de l’Economist Intelligence Unit indiquant que les entreprises françaises se classaient 10ème en Europe et 20ème du classement mondial de la compétitivité sur les TIC, cette nouvelle étude vient confirmer que le niveau des français en bureautique reste faible. Pourtant, une majorité des utilisateurs prétendent ne pas avoir besoin de formation en informatique de base, et peu d’entreprises considèrent les formations bureautiques comme prioritaires.

A quand la prise de conscience générale en France qui permettra à nos entreprises de gagner en productivité ?

Consultez les chiffres clefs publiés par l’Union Européenne ici :

http://digital-agenda-data.eu/datasets/digital_agenda_scoreboard_key_indicators/visualizations
Consultez l’étude de l’Economist Intelligence Unit ici : http://globalindex11.bsa.org/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/45/show Mon, 26 Jan 2015 10:40:19 +0100
<![CDATA[25 % des étudiants de l’UE ont un faible niveau en informatique]]> Selon le rapport ICILS* de l’AIE, 25 % des étudiants de l’Union Européenne ont un faible niveau en informatique.

L’étude publiée par l’IEA** en novembre dernier est l’aboutissement d’une évaluation les compétences auprès de plus de 60 000 élèves du secondaire en Europe. En conclusion, l’étude insiste sur la nécessité de s’attaquer au manque de compétences numériques dans le secteur de l’Éducation, rappelant que contrairement aux idées reçues, la plupart des « natifs numériques » ne sont en réalité pas si compétents que cela en Technologies de l’Information et qu’un perfectionnement professionnel en informatique des enseignants est vital pour les aider à utiliser plus efficacement les TIC.

Ce qu’il faut retenir de l’étude :
– L’utilisation du numérique dans les écoles reste très limité.
– Les professeurs font appel aux nouvelles technologies seulement lorsque qu’ils se sentent à l’aise dans leur utilisation.
– Moins de 50% des enseignants se considèrent comme autonome dans l’utilisation d’un ordinateur, notamment pour installer un logiciel ou partager des ressources dans le cadre d’un travail collaboratif.
– 46% des professeurs avouent acquérir des compétences numériques en observant leurs collègues.
– Bien que les élèves grandissent dans l’ère du numérique, 17% d’entre-eux n’atteignent pas le niveau 1 (niveau scolaire le plus bas) et seulement 2% atteignent le niveau 4 (niveau scolaire le plus élevé).

*ICILS : International Computer and Information Literacy Study (Etude Internationale des Compétences en Technologies de l’Information) (http://www.iea.nl/icils_2013.html)
**IEA : International Association for the Evaluation of Educational Achievement (Association Internationale pour l’Evaluation de la Réussite Scolaire)

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/46/show Fri, 23 Jan 2015 10:41:46 +0100
<![CDATA[Le PCIE en Russie – Victoria, étudiante de l’année 2014]]> Victoria Korotayeva, une jeune élève Russe qui vient d’obtenir sa certification PCIE s’est aussi vu remettre le titre d’étudiant de l’année 2014 par l’Académie Présidentielle Russe de l’Économie Nationale et de l’Administration Publique (Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration). Ses brillants résultats au PCIE – ECDL, avec notamment avec un 100% au module « Tableur » ont été pris en compte dans la remise de ce titre. L’Académie Présidentielle Russe de l’Économie Nationale et de l’Administration Publique qui est le plus grand établissement d’enseignement en Russie avec plus de 207 000 élèves est Centre de Test PCIE – ECDL depuis 2013.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/47/show Mon, 19 Jan 2015 10:43:01 +0100
<![CDATA[ICDL Afrique partage sa vision des TIC dans l’éducation]]> La branche africaine du Passeport de Compétences Informatique (PCI) a effectué en mai dernier une présentation devant 120 professionnels du secteur de l’éducation lors de la conférence du Comité Rwandais pour l’Education (CRE). Un évènement organisé en partenariat avec l’agence américaine pour le développement international (USAID) sur le thème « L’Alphabétisation dans les petites classes : bâtir sur des fondations solides ».

texte-5

L’intervention de Jospeh Mugisha, représentant du PCI pour l’Afrique à Kigali, a essentiellement porté sur le futur des Technologies de l’Information et de la Communication et la qualité de standard international du Passeport de Compétences Informatique.

Les personnes présentes dans la salle ont ainsi pu avoir un aperçu de ce que l’avenir nous réserve, en analysant les points de vue d’enseignants connaissant les concepts déjà couverts par le module PCI « Technologies de l’Information et de la Communication », et ceux d’étudiants, suivant d’autres modules et programmes de formation en programmation ou en informatique.

La présentation s’est poursuivie par une table-ronde à laquelle ont participé formateurs et professionnels des programmes éducatifs. Une occasion bien concrète de prendre en considération les retours d’informations et d’anticiper les évolutions des futurs programmes de formation.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/48/show Fri, 16 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[Remise du PCIE aux salariés du Groupe MINIER]]> Le représentant du PCIE était présent à la remise de certificats aux salariés du Groupe MINIER (www.minier.fr), en partenariat avec AXN informatique.
Encore félicitations à tous les participants, et merci au centre AXN pour son dévouement dans ce projet !

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Monsieur Michel CHARTRAIN du centre AXN-Informatique : michel.chartrain@axn.frwww.formation-axn.fr

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/49/show Mon, 19 Jan 2015 10:44:13 +0100
<![CDATA[Le PCIE à la Commission Scolaire de Montréal]]> Alexis M. 12 ans, est l’un des jeunes élèves de la Commission Scolaire de Montréal qui vient d’obtenir son diplôme du secondaire. Il est fiers d’avoir reçu dans le même temps son livret LSA qui va lui permettre de préparer le 1er niveau de certification PCIE. Au Canada l’enseignement des TIC à l’école est une des priorités et la seule certification TIC et bureautique reconnue est le PCIE – ICDL.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/50/show Mon, 19 Jan 2015 10:45:18 +0100
<![CDATA[Au Soudan, 43% des candidats PCIE sont des femmes !]]> Dans le cadre d’une action de promotion du PCIE au Soudan, tous les centres habilités ont ouvert leurs portes du 31 août au 4 septembre 2014 afin de proposer des tests de diagnostic gratuitement à l’ensemble les visiteurs. Cette opération était précédée d’une large campagne de communication dans les média locaux. Le succès des cette action a permis à plusieurs centaines d’étudiants venant de tout le pays de s’évaluer selon un standard international. Au total, c’est plus de 364 tests qui ont été passés, avec parmi les candidats, 43% de femmes.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/51/show Thu, 01 Oct 2015 10:46:51 +0200
<![CDATA[1000 réfugiés syriens obtiennent leur PCIE]]> Le comité norvégien pour les réfugiés (CNR) a récemment célébré l’octroi d’un millième Passeport de Compétences Informatique.

Devenu centre de test habilité en 2014, le camp d’Al-Zaatari a fait connaître la certification auprès des réfugiés, notamment parmi les jeunes. Depuis, les habilitations des camps d’Emarati et d’Azraq ont suivi, suite au nombre croissant de demandes de certification.

texte-4

Pour le chargé de projet du CNR, l’objectif de l’initiative se résume ainsi : « le Passeport de Compétences Informatique réduit le fossé entre les compétences des jeunes présents dans les camps et celles de leurs compatriotes à l’étranger, en créant pour eux un parcours académique et en leur conférant des compétences qui leur permettront de donner en retour à leurs communautés ».

Mis en place par le comité norvégien pour les réfugiés, le programme est soutenu par l’UNICEF et le Ministère des Affaires Etrangères norvégien.

Le comité norvégien pour les réfugiés est aujourd’hui la première organisation non-gouvernementale à délivrer une formation homologuée Passeport de Compétences Informatique International.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/52/show Tue, 13 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[L’informatique se démocratise en Guadeloupe avec ICEF…]]> L’outil informatique n’est plus un luxe pour les structures, petites ou grandes et ceci quel que soit le secteur d’activité. Aujourd’hui, tout individu, professionnel avéré ou non, est amené à utiliser au quotidien cette technologie d’information et de communication.

ICEF, consciente de ce challenge souhaite donner les moyens à tous, après un positionnement de construire un parcours de formation adapté à ses besoins et à ses souhaits en bureautique et à l’Internet.

En interne, l’équipe a reçu une formation complète et de qualité répondant à toutes leurs interrogations. Madame DE KERDORET nous en parle : « Nous avons une vision plus large sur les possibilités qu’offre le PCIE. Nous en sommes ravis. De plus, les outils proposés par ECDL-France correspondent à notre philosophie d’où notre partenariat pour la mise en place de prochaines actions de formation PCIE.

Nous savons pouvoir compter sur « une équipe de choc » pour notre développement dans ce champ de la formation professionnelle. »

Ketty DE KERDORET – kdekerdoret@icefgp.comwww.icefgp.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/53/show Mon, 08 Sep 2014 10:48:18 +0200
<![CDATA[Le PCIE prisé par les jeunes de la Mission Locale]]> Dans un marché de plus en plus exigeant, où la maitrise des outils bureautiques est l’un des trois principaux critères d’embauche, le PCIE pourrait faire la différence.

L’histoire commence, début 2013, la Mission Locale organise en partenariat avec l’organisme de formation PCIE, Plume Informatique, des programmes de formation pour ses salariés afin de leur permettre d’accéder à la certification PCIE. Cette décision est en accord avec la volonté de la structure d’améliorer les compétences en informatique de ses agents. La Mission Locale de Vaulx lance en novembre 2013 le projet « le numérique top départ », qui vise à sensibiliser les jeunes de 16 à 25 ans aux technologies numériques.

Avec ce projet, la structure souhaite étendre la certification à ses jeunes. L’informatique, les jeunes de la Mission Locale souvent issus de quartiers défavorisés, connaissent plus ou moins. Traitement de texte, surf, réseaux sociaux… très insuffisant pour les offres d’emploi pour lesquelles ils postulent, où une connaissance pointue des outils est la plupart du temps demandée.

« Je ne sais pas si ça me permettra de trouver du travail, mais j’espère en tout cas que ça ajoutera une ligne intéressante sur mon CV » lance l’un des jeunes qui a décroché la certification. L’objectif est de les raccrocher à la vie active. « Les jeunes sont impliqués. Et il n’y a pas eu d’absentéisme! », s’enthousiasme Coralie Robert, conseillère et référente du projet. Les perspectives semblent être prometteuses. Six jeunes, sur le point de valider le PCIE Complet, ont décroché le PCIE Start. Huit jeunes sont en train de préparer les modules et trente-cinq autres candidats attendent d’intégrer la formation. Pas d’amalgame, toutefois, le suivi de ces modules ne garantit pas une embauche. « Quoique, si la personne poursuit son apprentissage et acquiert toutes les compétences nécessaires, cela puisse arriver. », renchérit Coralie Robert.

La Mission Locale dit non à la fracture numérique !

La finalité du projet est de réduire le fossé numérique en permettant l’accès à des jeunes aux nouvelles technologies de l’information mais aussi de les préparer à une meilleure insertion socio-professionnelle. Le programme s’adresse aux novices comme aux plus rompus à l’usage de l’outil numérique. Cinquante jeunes se verront offrir une période d’enseignement encadrée, une formation sur plusieurs logiciels informatiques dans un centre habilité. La formation est couronnée par un certificat : le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) attestant l’appropriation, par les jeunes, d’une grappe de compétences dans les domaines de l’informatique et de l’Internet. Reconnu dans 148 pays, le PCIE, c’est 14 millions de candidats dans le monde et 1 200 000 tests passés en France. Même si le PCIE n’est pas un diplôme, il représente un sésame incontournable pour un bon accès à la vie active. Plus concrètement, à la fin de ce programme chaque apprenant devra être en mesure de rechercher des informations, d’échanger et de communiquer en ligne, de sauvegarder, de sécuriser et d’archiver ses données et, plus généralement, de s’approprier son propre environnement numérique de travail.

Publié le 13 février 2014 dans Le Progrès. Auteur : Madame Amran MOHAMED-HANDULLE

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Madame Frédérique PIEGE du centre PLUME Informatique : frederique.piege@plumeinfo.netwww.plumeinfo.net

ou pour toute question concernant un projet de formation, vous pouvez contacter Monsieur Christophe VANONY de la Mission Locale de Vaulx-en-Velin : christophe.vanony@mlvaulx.orgwww.missions-locales.org

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/54/show Mon, 01 Sep 2014 10:49:32 +0200
<![CDATA[Le coût de « l’ignorance numérique »]]> Ces dernières années, de nombreuses études se sont attachées à déterminer avec précision l’impact économique de nos compétences en informatique.

En 2012, une étude de l’Université de Twente avait ainsi pu chiffrer les pertes induites de telles lacunes aux alentours de 19,3 milliards d’euros, rien qu’aux seuls Pays-Bas.

En Grèce, l’étude ALBA a démontré quant-à-elle que les salariés pouvaient passer jusqu’à 148 heures par semaine à traiter de difficultés portant sur les logiciels utilisés à leurs postes de travail[1]. Une perte de temps qui n’affecte pas seulement la productivité des salariés en prise avec ces difficultés, mais aussi celle de leurs collègues qui prennent le temps de les aider. L’étude révèle également qu’après la certification PCIE, le temps passé à traiter de ces difficultés diminue considérablement. Suivre une formation certifiante pourrait ainsi permettre d’économiser chaque année jusqu’à 63 heures de productivité par salarié.

Dans une perspective similaire, l’Institut d’Apprentissage à l’âge Adulte de Singapour (IAAS) a mesuré le temps perdu en raison de nos lacunes en informatique et en a également évalué les répercussions financières[2]. Les participants de l’étude avaient ainsi pu indiquer consacrer près de 151 minutes par semaine à la résolution de ce type de problèmes. Une durée que les chercheurs de l’IAAS ont assimilé à une perte de 49 S$ (32 €) par employé et par semaine, soit à une perte de 2 356 S$ (1 523 €) par employé sur l’année.

Des études, qui avec leurs propres méthodologies, permettent de mieux évaluer le coût de « l’ignorance numérique » au sein des institutions, des entreprises et de nos économies dans leur ensemble. A l’ère du digital, ne pas avoir de bonnes compétences informatiques peut en effet représenter un problème critique pour la survie de bon nombre d’entreprises. Dans un rapport datant de l’année dernière, la Commission Européenne avait même pu considérer qu’un tiers de la force de travail de l’Union Européenne disposait encore de compétences informatiques insuffisantes[3].

Autant de conclusions qui renforcent aujourd’hui la promotion de programmes de formation et de certifications adaptées aux besoins des salariés, comme aux exigences des recruteurs et des institutions, et sur lesquels reposent, en fin de compte, une grande part de notre efficacité à notre poste de travail.

[1] Pour plus d’informations, retrouver les résultats de l’étude « IT skills : the business gain », 2011, sur le lien suivant : http://www.ecdl.org/media/Alba%20Study%20Summary_Final.pdf

[2] Pour plus d’informations, retrouver les résultats de l’étude « IT skills : the business gain », 2011, sur le lien suivant : http://www.icdlasia.org/icdl-news?i=811

[3]Commission Européenne, « Human Capital : Digital Inclusion and Skills » http://ec.europa.eu/newsroom/dae/document.cfm?action&doc_id=9931

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/55/show Fri, 09 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[Le mythe de l’auto-évaluation]]> Si l’on vous demandait d’évaluer de 1 à 10 vos compétences informatiques, qu’en serait-il vraiment ? Vraisemblablement, vous seriez nombreux à vous octroyer une assez belle note. Peut-être un 8, voire un 9. Mais sur quoi fondez-vous véritablement un tel jugement ? Sur le fait d’être capable de procéder à des envois de mails groupés, ou encore d’appliquer la bonne police d’écriture à un texte? Le problème se résume en fait en un mot : l’auto-évaluation. Si vous procédez ainsi, vous resterez en effet toujours libre d’évaluer vos compétences comme bon vous semble. Ajouter à cela une propension générale à surévaluer vos compétences et vous obtiendrez le constat éloquent du dernier rapport de la Fondation ECDL, conduit au sein de cinq pays européens.

Réputés pour leurs niveaux d’éducation élevés, l’Autriche, l’Allemagne, le Danemark, la Finlande ou la Suisse n’ont en effet pas échappé à la règle. En Autriche par exemple, alors que 94% des sujets de l’étude décrivaient leur maîtrise des outils bureautiques comme « bonne », voire « très bonne », ils ne furent en fait que 39% à valider les tests qui leur avaient été soumis. Même chose pour les étudiants allemands, dont 79% se disaient « assez confiants », voire « très confiants » quant à leurs compétences portant sur l’utilisation du tableur, mais qui ne furent pourtant que 38% à répondre correctement aux questions de tests qui leur étaient posées.

Des décalages surprenants, qui mettent en évidence les effets pervers de l’auto-évaluation et qui révèlent surtout l’existence d’importantes lacunes sur des outils pourtant devenus incontournables. Plus frappant encore, et toujours au vu des résultats de l’étude menée, la génération Internet semble également rencontrer des difficultés dans l’utilisation du web et des outils informatiques nécessaires au travail collaboratif. Là encore, en Allemagne, en Finlande et en Suisse, les étudiants sujets de l’étude surestiment leurs compétences au vu des résultats obtenus lors des tests effectués. Un constat qui devrait une fois de plus remettre en cause le mythe des digital natives, génération ayant grandi à l’air du numérique, mais qui n’en maîtrise pas pour autant les technologies.

Seule exception notable de l’étude, celle portant sur les détenteurs suisses d’une certification ECDL, qui ont obtenu de bien meilleurs résultats que les autres candidats. Un résultat qui ne semble vraisemblablement pas dû au hasard, mais plutôt aux résultats tangibles d’une formation efficace et certifiante.

Entre mythe et réalité, petite histoire que l’on se raconte pour se rassurer et test certifiant attestant d’un niveau de connaissance maîtrisé, il n’y a en fait pas vraiment à choisir. L’auto-évaluation demeure un péril pédagogique comme aucun autre. Pour l’employeur, elle restera un jugement sur soi qui ne garantit à peu près… rien. Pour le candidat à l’embauche ou l’employé, qui préfèreront se reposer sur une fausse idée de leurs compétences, elle sera même le meilleur moyen de se refuser toute marge de progression.

Face à ce double problème, un test de certification comme en propose la fondation ECDL reste sans aucun doute la meilleure des solutions. En venant clôturer une période de formation au contenu pédagogique structuré et bien pensé, le test de certification atteste de compétences professionnelles pratiques, aussi bien vis-à-vis d’un employeur, d’un employé où d’un candidat à l’embauche. Une solution « gagnant-gagnant » en somme, qui vaut sans doute mieux que ce que l’on peut penser de nos propres capacités.

Lire l’article en anglais

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/56/show Tue, 06 Sep 2016 00:00:00 +0200
<![CDATA[Le PCIE et l’IFAG : 11 années de partenariat]]> En tant qu’un des leader des réseaux d’écoles de management et d’entrepreneuriat, installées dans 10 villes de France (Paris, Lyon, Toulouse, Montluçon, Auxerre, Nîmes, Nantes, Bordeaux, Lille et Amiens), l’IFAG forme de futurs créateurs et repreneurs d’entreprises ainsi que tous ceux qui souhaitent occuper une fonction de direction. L’École de Management propose divers cursus de formation allant du « Bachelor » (Bac+3) au « Master of Science International Business » (Bac+5) en passant par le programme « Manager d’Entreprise » (Bac +5).

Depuis maintenant plus de 11 années, le PCIE et le réseau des IFAG travaillent en étroite collaboration afin que les étudiants acquièrent toutes les compétences requises dans la pratique du management global de l’entreprise et puissent ainsi saisir toutes les opportunités de création ou de reprise d’entreprise.

Pour cela le réseau IFAG a fait le choix d’intégrer de façon systématique le PCIE dans les différents cursus proposés. Cela permet à chaque candidat de valider des compétences complémentaires, mais néanmoins incontournables, que sont les outils de l’informatique et de la bureautique professionnelle.

A ce jour c’est 6 095 candidats (+ de 550 par an) qui ont étés inscrits au PCIE au sein du réseau IFAG. 2 237 d’entre eux ont déjà acquis au moins 4 des 7 modules du PCIE (PCIE Start) et 1 381 d’entre eux ont validé un PCIE Complet soit les 7 modules.

L’obtention du PCIE est une réelle plus-value dans le monde professionnel, comme en témoigne Isabelle CARRASSUS, Responsable Pédagogique IFAG et Référente nationale pour le PCIE :
« La pédagogie de l’IFAG commune à l’ensemble des 10 campus, nous oblige d’évaluer de façon homogène et équitable la totalité de nos étudiants dans tous les domaines. Pour l’informatique nous recherchions un outil permettant d’évaluer l’étudiant sur l’ensemble du Pack Office afin d’obtenir une certification reconnue sur le marché de l’emploi, nous avons donc choisi le PCIE. Depuis une dizaine d’années, nous faisons passer le PCIE à nos étudiants à chaque période d’évaluation : l’obtention de la certification est devenue une condition sine qua non à la validation du diplôme MECP IFAG. Ainsi, le recruteur est assuré que la compétence informatique est acquise, compétence fondamentale pour un poste à responsabilité ! »

Grégory, étudiant de l’IFAG :
« Le PCIE est la formalisation d’un niveau informatique intéressant pour les entreprises et un plus pour le CV d’un étudiant »

Nous félicitons les écoles du réseau IFAG d’avoir choisi le PCIE pour donner toutes les chances aux étudiants de prouver leurs compétences bureautiques.

Pour plus d’information sur le réseau des écoles IFAG, vous pouvez contacter Madame Isabelle CARRASSUS de l’IFAG Toulouse : isabelle.carrassus@ifagtoulouse.comwww.ifag.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/57/show Tue, 26 Aug 2014 10:51:45 +0200
<![CDATA[Le Groupe CIRON met en place des formations PCIE]]> Créé en 1967, le Groupe CIRON SA compte 34 collaborateurs et occupe dans le sud-ouest une place de leader dans la fabrication, le conditionnement et la distribution de produits chimiques à tous types d’industries. En janvier 2014, le groupe prend l’initiative d’évaluer les compétences informatiques de 29 salariés en utilisant le POSI, le test de positionnement normé PCIE.

Monsieur Michel GACS, Responsable du Groupe CIRON nous explique ses raisons : « En effet, suite à l’évolution de notre système d’information, nous avons souhaité mesurer les aptitudes et connaissances informatiques de chacun de nos salariés, ainsi que leurs capacités à maîtriser rapidement cette nouvelle interface qui permettrait de gagner en efficacité et compétitivité. »

Ainsi, le Groupe CIRON a fait appel au centre INSTEP Aquitaine pour mettre en œuvre la phase d’évaluation des compétences, notamment sur le traitement de texte, ou encore le tableur. Les résultats des tests ont immédiatement mis en évidence que 10 des salariés possédaient déjà les compétences suffisantes pour obtenir la certification PCIE. Les évaluations des autres salariés ont permis à INSTEP d’optimiser le Plan de formation et proposer des formations adaptées, qui débuteront en septembre 2014.

Nous encourageons les salariés du groupe CIRON dans leur projet de formation et de certification PCIE, et remercions le centre INSTEP et le Groupe CIRON de leur permettre de bénéficier de ce dispositif.

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation, vous pouvez contacter Madame Christelle GOUBEL du centre INSTEP Aquitaine : christelle.goubel@instep-aquitaine.orgwww.instep-aquitaine.org

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/58/show Sun, 15 Jun 2014 00:00:00 +0200
<![CDATA[Le PCIE à l’EPIDE – Établissement Public d’Insertion de la Défense]]> L’EPIDE est un établissement public d’insertion. Il accompagne des jeunes femmes et hommes dans la réussite de leur projet social et professionnel, grâce à un parcours adapté et individualisé. L’EPIDE accueille chaque année 3000 volontaires de 18 à 25 ans dans 18 centres installés en métropole. L’établissement insère 8 volontaires sur 10, qui accomplissent l’ensemble du parcours, directement en entreprise (CDI, CDD, intérim, etc.) ou en formation qualifiante.

Sébastien SARTORI, Coordinateur des Programmes Pédagogiques, nous explique comment s’est déroulée la mise en place du PCIE dans les EPIDE : « Lorsque leur a été présentée la préparation au PCIE dans l’offre de service de l’EPIDE, les volontaires, qui sont pour une très grande majorité en échec scolaire, n’en voient tout d’abord pas l’intérêt. En effet, pour eux les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont omniprésentes dans leur quotidien et nombreux sont persuadés qu’ils savent déjà utiliser un ordinateur dans le cadre de leurs besoins. De plus, ils pensent que cela va leur demander énormément d’efforts qu’ils ne sont pas encore prêts à consentir.

Mais lorsque leur est expliquée l’importance de détenir de telles compétences, ils se laissent convaincre. Très vite, ils en mesurent eux-mêmes les bénéfices qu’ils pourront en retirer tant sur le plan professionnel que pour leur propre développement personnel. »

La formation dans les EPIDE (bien que dispensée en collectif à un groupe de 15 personnes) est individualisée, chaque volontaire évolue en fonction de son degré d’acquisition des compétences. Ainsi, ils avancent chacun à leur rythme en fonction de leurs propres capacités. Passé le cap de l’appréhension et de la découverte des premières séances, les efforts sont récompensés et les réussites au module 1 sont obtenues, créant par là même une saine émulation au sein du groupe. Gagnant en assurance, ils deviennent plus assidus et se mobilisent pour se motiver les uns et les autres afin d’obtenir le précieux sésame. Ils deviennent conscients que le PCIE est un atout supplémentaire pour obtenir un emploi ou une entrée en formation.

A ce titre, en 2013, 35% des volontaires de l’EPIDE présentés à l’examen sont titulaires du PCIE Start, 20% ont obtenu au moins 2 modules et 10% le PCIE complet.

L’obtention du PCIE leur permet non seulement de bien maîtriser l’outil informatique et de faciliter la préparation de leur projet professionnel mais surtout de reprendre confiance en eux, avancée indispensable pour leur insertion sociale et professionnelle.

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant le réseau des EPIDE, vous pouvez contacter Monsieur Sébastien SARTORI du centre EPIDE : sebastien.sartori@epide.frwww.epide.fr

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/59/show Mon, 18 Aug 2014 10:54:06 +0200
<![CDATA[Remise de certificats PCIE à la Maison d’Arrêt de Grasse]]> Le 27 mars dernier, les représentants du PCIE en France se sont rendus à la Maison d’Arrêt de Grasse pour une remise de certificats auprès de 6 détenus.

Depuis 2008, le réseau PREFACE, partenaire du groupement GAIA et appartenant à la Fédération Léo Lagrange, a été retenu par l’Administration Pénitentiaire pour délivrer diverses prestations et notamment celle d’aider les détenus dans leur réinsertion professionnelle. Ainsi, 8 établissements pénitentiaires en France, en collaboration avec PREFACE, délivrent la certification PCIE auprès de leurs détenus dans le but d’enrichir leurs compétences et leur employabilité.

Dominique SATABIN, Directeur de PREFACE, nous explique ses motivations : « Indépendamment de lutter contre la fracture numérique, 3 objectifs nous ont incités à proposer le PCIE : notre volonté de promouvoir la dimension qualifiante de ces formations auprès de nos interlocuteurs institutionnels, ceux-ci ne les percevant trop souvent que sous leur aspect ludique et rarement comme un outil pertinent de professionnalisation, la recherche d’une validation qui soit gage d’employabilité pour les personnes participant à ces formations, et bien évidemment le développement chez eux d’une motivation aux apprentissages. Au-delà de cela, elle est pour tous ceux qui s’y engagent, un réel moyen de valorisation qui contrarie un sentiment récurrent d’incapacité, conséquences d’échecs scolaires, entre autres. Cette validation est très complémentaire de celle proposée par l’Education Nationale, le B2I et s’apparente, pour ceux qui ont validé ce brevet, à une poursuite de parcours. » Ainsi, nous comptons déjà plus de 110 détenus certifiés PCIE sur les 200 candidats inscrits à ce jour.

De ce fait, le 27 mars le réseau PREFACE et la Maison d’Arrêt de Grasse ont organisé une remise de certificats où un échange a eu lieu entre les participants à l’évènement. A la suite de cet échange, 19 inscrits ont déjà exprimé leur souhait de suivre la formation PCIE, et nous avons le plaisir de compter déjà 5 PCIE START et 2 PCIE COMPLET validés.

Nous tenons à remercier Monsieur Guillaume PINEY, Directeur de l’Etablissement et Madame MAISTO, Directrice Adjointe de l’Administration Pénitentiaire, ainsi que Monsieur Dominique SATABIN et Madame Françoise HENRIET, Responsable Locale Formation, et témoignons toute notre gratitude aux autres intervenants pédagogiques pour leur collaboration dans la réussite de ce dispositif. Et enfin, mais non des moindres, nous félicitons les détenus qui ont validé leur PCIE.

Aussi, nous tenions à vous faire partager les quelques mots du premier détenu ayant validé son PCIE COMPLET :

« Tout d’abord, je voudrais remercier l’équipe de formation PREFACE pour m’avoir aidé à réaliser mon projet de réinsertion. Cette formation m’a permis de travailler sur des logiciels qui étaient jusqu’ici incompréhensibles pour moi en raison de mon parcours scolaire : CAP de carrossier. J’ai su saisir la chance qui m’était offerte, celle de pouvoir apprendre et de me certifier. Cela demande du travail et un investissement constant devant lequel nous ne devons pas désespérer. J’ai pu constater que la réinsertion débute au sein de la prison et nous prépare à notre avenir. Il est important d’en prendre conscience. De ce fait, mon travail et mon investissement m’ont permis de valider mon PCIE COMPLET. Grâce aux développements de ces nouvelles compétences, une société publicitaire a accepté de m’ouvrir ses portes dès ma sortie.
Je remercie à nouveau l’équipe de PREFACE pour m’avoir permis de changer d’orientation professionnelle. En effet, l’informatique est un outil d’avenir, que je pourrai, à présent, partager avec mes enfants.
»

Pour plus d’information sur cette action, vous pouvez contacter Madame Françoise HENRIET du centre PREFACE : grasse@prefacell.orgwww.prefacell.org

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/60/show Tue, 05 Aug 2014 10:55:30 +0200
<![CDATA[Le PCIE au Greta Oise Occidentale]]> Le PCIE est, depuis 2005, soutenu par la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées. Ainsi, CAP EMPLOI Oise a pris la décision de faire passer le PCIE à des personnes en situation de handicap afin de les former en informatique et bureautique.

Ainsi, en se rapprochant du Greta Oise Occidentale, CAP EMPLOI Oise a pu faire suivre la formation PCIE à ces apprenants. Cette action s’est réalisée avec le soutien et le financement de l’AGEFIPH, qui est en collaboration directe avec CAP EMPLOI.

Le Conseiller de CAP EMPLOI Oise nous en parle : « La formation PCIE n’est pas une action comme les autres car elle permet de quantifier la compétence des personnes. Cette formation a un poids pour l’AGEFIPH, ce n’est pas une formation bureautique comme les autres. L’exemple le plus flagrant est l’insertion immédiate d’une personne pour une mission courte au sein d’un groupe suite à cette formation. »

Ce partenariat est bénéfique pour l’ensemble des acteurs et notamment pour les stagiaires qui en ressortent satisfaits, comme peuvent le témoigner Mme M et Mme P :

Mme M : « suite à une réorientation professionnelle, j’ai souhaité effectuer une formation pour devenir agent administratif. La formation PCIE m’a permis d’effectuer de gros progrès sur Excel et Powerpoint. Grâce à l’équipe des intervenants à l’écoute et professionnels, je vais être plus à l’aise sur l’ordinateur. »

Mme P : « Au début, j’avais un peu peur de toucher l’ordinateur. J’étais bloquée. Dorénavant, l’utilisation de l’ordinateur est devenue un plaisir.»

Quant au Greta Oise Occidentale, grâce à l’ensemble de ses partenariats, il est passé en l’espace de deux ans et demi de 2 jours de formation PCIE par semaine à 4 jours. Il « continuera donc d’accompagner les personnes dans leur projet professionnel en lien avec le PCIE. »

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Michael RACINE du Greta Oise Occidentale : mracine.bvs@ac-amiens.frwww.gretabvs.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/61/show Thu, 15 May 2014 00:00:00 +0200
<![CDATA[Un pas numérique vers une réussite professionnelle]]> 8 personnes en situation de handicap se sont vu remettre le PCIE START le 2 octobre 2013, lors d’une cérémonie organisée par l’ESAT de Nice.

Cet évènement venait conclure un dispositif réalisé avec la collaboration de plusieurs ESAT* (ESAT les Maurettes, ESAT Jean Médecin et ESAT Alberti), et du centre de formation spécialisé dans le domaine du handicap, HANDIPLUME, qui a permis aux 8 participants de bénéficier d’un programme de 18 jours de formation bureautique menant au PCIE – une action financée par les Missions Handicap de HP, AMADEUS et ALTRAN.

*Les Etablissements et Service d’Aide par le Travail (ESAT), sont des organismes médico-sociaux destinés à accompagner les personnes handicapées dans leur réinsertion professionnelle.

Durant la remise des certificats, deux candidats ont tenu à prendre la parole :

Cécile VIDAL : « Je tiens à remercier les intervenants de cette formation, et leur accorder toute ma gratitude. Grâce à eux, j’ai pu obtenir mon certificat PCIE. Je suis actuellement en mise à disposition au sein de 2 établissements. J’utilise quotidiennement les outils bureautiques. Ce certificat reconnu me permettra de réaliser mon projet professionnel qui me tient à cœur : Je souhaite pouvoir occuper un poste à plein temps en milieu ordinaire de travail. Encore merci à tous ! »

Benoit ROUSSET : « Tout au long de ma formation j’ai été accompagné et soutenu par l’équipe HANDIPLUME. Il me semble important de préciser qu’ils ont été d’une grande aide quant à l’obtention de mon certificat PCIE. Un grand merci au centre HANDIPLUME et à ses formateurs ! »

Nous félicitons tous les partenaires qui ont mené à bien cette action, et applaudissons nos stagiaires fraichement certifiés du PCIE START.

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation pour un public en situation de handicap, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Bruno GAUDRIOT du centre Handiplume : b.gaudriot@handiplume.frwww.handiplume.fr

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/62/show Tue, 15 Apr 2014 10:56:53 +0200
<![CDATA[Le PCIE en Corée du Sud]]> L’Université Privée d’Anyan l’une des plus prestigieuse de Corée du Sud a intégré le PCIE – ICDL à son cursus en tenant compte du fait que c’est la seule certification des compétences bureautiques indépendante reconnue mondialement.

Cette décision a été accueillie très positivement par les étudiants, heureux de pouvoir jauger leur niveau en informatique par rapport au standard mondial dans le domaine, et donc de se comparer aux élèves des plus grandes écoles des différents continents. Déjà 2500 étudiants ont obtenus des modules du PCIE et 3000 nouveaux se préparent actuellement au passage des tests.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/63/show Thu, 01 May 2014 00:00:00 +0200
<![CDATA[Une nouvelle Université Espagnole fait passer le PCIE]]> L’UAB, célèbre Université de Barcelone et l’une des plus reconnues en Espagne va proposer la certification PCIE a ses 50 000 étudiants. Les cours pour préparer la certification seront proposés en e learning.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/64/show Tue, 01 Apr 2014 10:58:03 +0200
<![CDATA[BANQUE POPULAIRE LORRAINE CHAMPAGNE]]> La Banque Populaire Lorraine Champagne a fait appel aux services de formation de REVAL CONSULTING pour former ses collaborateurs en informatique et bureautique, au cours de l’année 2013.

Le Responsable de Formation de la BPLC nous expose les raisons pour lesquelles il a décidé de faire suivre une formation PCIE à ses collaborateurs :
« Dans un premier temps, la BPLC a choisi de faire suivre cette formation afin d’apporter aux apprenants une reconnaissance de leur investissement professionnel et de leurs connaissances au travers d’une certification reconnue au niveau européen, le PCIE. Cette formation va permettre aux stagiaires de faciliter l’accès et l’appropriation de toutes ces technologies qui font notre quotidien.
Ensuite, la formation a également permis à la BPLC d’optimiser la mobilité interne des apprenants ainsi que leur opérationnalité et efficacité au sein de l’entreprise.
Cette démarche a permis de satisfaire l’ensemble des protagonistes. Chacun d’entre eux y a trouvé des avantages et sort ainsi gagnant de cette formation.
»

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation, nous vous invitons à prendre contact avec Madame Valérie MAURER du centre REVAL CONSULTING : reval@reval.luwww.reval.lu

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/65/show Sun, 15 Feb 2015 10:59:45 +0100
<![CDATA[Le Secours Populaire enrichit ses salariés]]> Le Secours Populaire voulant enrichir les compétences informatiques et bureautiques de ses collaborateurs a fait appel au centre de formation DOLFI à Paris. En septembre dernier, par le biais de notre collaboration avec UNIFORMATION, ces collaborateurs ont suivi une formation bureautique PCIE.

Certains des salariés du Secours Populaire, étant novices dans l’informatique, ont été invités à suivre notre programme européen « Equalskills », plus connu sous son nom français « LSA – La Souris Apprivoisée ». Ce programme d’initiation à l’informatique proposé à travers toute l’Europe par la Fondation ECDL, est une déclinaison de la certification PCIE. Conçu dans le but de réduire la fracture numérique en Europe, il permet à tous de s’initier à l’informatique sans contrainte, de façon ludique et instructive en toute simplicité.

D’autres collaborateurs du Secours Populaire ont également suivi une formation bureautique d’un niveau plus soutenu, et 6 d’entre eux ont obtenu le PCIE START.

L’action, menée à bien par le centre de formation DOLFI, a été fortement appréciée par l’ensemble des apprenants. En effet, « l’engagement volontaire de ces salariés à ce long parcours de formation a concouru au succès de ce projet,faisant la part belle à une réduction du « stress technologique » et une plus grande efficience de chacun », nous dit Richard LAURENT chargé des Ressources Humaines au Secours Populaire.

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Frédéric DEGABRIEL du centre DOLFI : f.degabriel@dolfi.frwww.dolfi.fr

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/66/show Sat, 15 Mar 2014 00:00:00 +0100
<![CDATA[Le PCIE pour les salariés Singapouriens]]> La WDA, l’Agence pour l’Emploi de Singapour (Workforce Development Agency) a annoncé que 6 nouveaux modules du PCIE vont être ajoutés à son programme officiel de qualification des salariés Singapouriens.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/67/show Sat, 01 Mar 2014 00:00:00 +0100
<![CDATA[Le PCIE en Afghanistan]]> La Fondation ECDL et l’ESO (Educational Support Organization) en Afghanistan ont signé un nouvel accord de partenariat avec l’objectif de faire passer 10 000 tests PCIE à des citoyens Afghans d’ici 2015. Le projet PCIE mis en place avec le partenariat du Ministère de l’Économie a pour objectif de faire progresser les compétences en informatique des travailleurs Afghans.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/68/show Sat, 01 Feb 2014 11:00:49 +0100
<![CDATA[Le Groupe DOUX : Le PCIE, une aide à l’insertion professionnelle]]> 13 femmes anciennement salariées du groupe DOUX – La Vraie-Croix, ont reçu leur certification PCIE le 21 juin dernier.

A la suite d’un licenciement, il faut parfois reprendre confiance en soi, apprendre de nouvelles choses, valider ses compétences ou encore se reconvertir. Après des années passées à travailler au sein d’une même entreprise, il est difficile de réintégrer « les cours », il faut effectivement « retrouver une certaine concentration, ce qui change complètement nos habitudes », nous dit l’une d’entre elles.

Grâce à Pole Emploi et le Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP), les 13 anciennes salariées ont pu suivre une formation PCIE. En effet, à l’aide de la prise en charge du financement par OPCALIA, les apprenantes ont été formées pendant 3 semaines par le centre de formation AFTEC de Vannes, qui a su leur redonner confiance. Elles ont ainsi pu acquérir les compétences bureautiques nécessaires pour se présenter comme assistantes de gestion sur le marché du travail.

Nous félicitons le centre AFTEC et ses formateurs, ainsi que Pole Emploi et sa cellule CSP pour avoir permis à ces stagiaires de se former et d’obtenir le PCIE. Nous souhaitons bonne chance aux 13 participantes dans leur réinsertion professionnelle.

Pour plus d’information sur cette action, ou pour toute question concernant un projet de formation, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Benoît LEPEC du centre AFTEC : b.lepec@forteam.frwww.aftec.fr

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/69/show Wed, 15 Jan 2014 00:00:00 +0100
<![CDATA[Capform Consultants au salon Paris pour l’Emploi]]> Rendez-vous incontournable de la formation professionnelle et du recrutement, la 15ème édition du salon Paris pour l’Emploi qui s’est déroulée du 5 au 6 octobre 2017 a une fois de plus donné la possibilité aux demandeurs d’emplois et aux professionnels du secteur de la formation de se rencontrer.

Olivier GOULAS, Directeur Commercial du Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) a notamment eu l’occasion de présenter la certification sur le stand du centre de formation Capform Consultants, acteur majeur de la formation professionnelle en région parisienne.

De nombreuses visites sur le stand, ainsi que des passages de certification proposés à l’intention des visiteurs ont permis de mieux faire connaître la certification et sa capacité à évaluer objectivement les compétences numériques. La certification PCIE reste un atout majeur notamment pour les demandeurs d’emploi. Elle leur permet en effet d’améliorer la lisibilité de leurs compétences numériques sur leurs CV et de favoriser ainsi leur employabilité sur le marché du travail.

Centre habilité PCIE depuis 2010, Capform Consultants propose aux demandeurs d’emploi et salariés, du privé comme du public, un large éventail de formations, notamment dans les domaines de la bureautique et de l’informatique.

Dans le cadre des formations éligibles au CPF comme le PCIE, Capform Consultants accompagne également ses futurs stagiaires dans la réalisation administrative et financière de leurs dossiers.

Pour plus d’informations ou pour toute question concernant un projet de formation PCIE au sein de Capform Consultants, nous vous invitons à prendre contact avec Madame Lina CARIDI : lina@capform-consultants.comCentre : Capform Consultants

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/70/show Thu, 26 Oct 2017 09:36:06 +0200
<![CDATA[Le PCIE célèbre ses 20 ans]]> C’est lors d’un évènement qui s’est tenu le 12 octobre dernier à Paris au Mandarin Oriental, que le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) a eu l’honneur de célébrer officiellement ses 20 ans.

Un anniversaire qui a réuni autour de l’équipe d’ECDL France quelques-uns des acteurs majeurs de la formation professionnelle en France (CNCP, OPCA, Medef…) et de retracer le chemin parcouru par la certification PCIE durant les deux dernières décennies.

Présents à cette manifestation, M. Tony FRANKE, Président de la Fondation ECDL, M. Jakub CHRISTOPH, Directeur du développement de la certification en Europe, M. Franck MOCKLER, Responsable des standards de certification pour la Fondation ECDL et Mme Austeja TRIKUNAITE, Secrétaire Générale du CEPIS (Conseil Européen des Associations de Professionnels des Technologies de l'Information) ont également témoigné du développement de la certification en Europe et particulièrement en France.

(De gauche à droite : M. Franck MOCKLER, M. Christopher SULLIVAN, M. Olivier GOULAS, M. Tony FRANKE, M. Jakub CHRISTOPH et Mme Austeja TRIKUNAITE)


Pour M. Christopher SULLIVAN, Directeur Général du PCIE et M. Olivier GOULAS, Directeur Commercial du PCIE, l’évènement a permis de rappeler les grandes étapes du développement de la certification PCIE, de revenir sur quelques grandes actions de formation accomplies lors des dernières années, d’évoquer les partenariats passés et à venir, mais aussi de présenter officiellement les nouveaux modules et autres évolutions du PCIE qui marquent cette fin d’année 2017.

Point culminant de l’évènement, la remise de la 265 000ème carte PCIE au Chef étoilé Thierry Marx a aussi été l’occasion de saluer au-delà d’un chef reconnu, les réalisations d’une personnalité engagée dans le secteur de la formation professionnelle en France. Créateur du projet « Cuisine Mode d’Emploi(s) », le Chef Marx participe depuis 2012 à la formation et à l’insertion dans le secteur de la restauration. Une initiative qui nous rassemble.

(M. Christopher SULLIVAN et M. Olivier GOULAS remettant la 265 000ème carte PCIE au chef Thierry MARX)


Avec plus de 15 millions de candidats et 24 000 centres habilités dans plus de 150 pays, la certification ICDL (ou PCIE, en France) a plus que jamais célébré ses 20 ans comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Vingt années de réalisations, de partenariats et de développement, sur lesquelles nous reviendrons durant les semaines à venir.

Histoire à suivre…

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/71/show Tue, 07 Nov 2017 08:42:06 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE dans le monde]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen, avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE célèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement à l’échelle mondiale et sur deux décennies d’innovations technologiques.

A l’aube de l’an 2000, le développement des Technologies de l’Information et de la Communication promet de grandes opportunités, mais aussi d’importants défis à relever. Si le « bug » de l’an 2000 n’a pas eu lieu, l’erreur humaine est toujours là, naturellement. L’exemple du cas Fannie Mae en est un parmi d’autres. En 2003, le plus gros gestionnaire de prêts hypothécaires des Etats-Unis avoue sa bourde : avoir malencontreusement surestimé d’1,1 milliards de dollars ses résultats financiers en raison de nouvelles règles comptables mal anticipées et d’erreurs présentes dans ses feuilles de calculs informatisées ! Coïncidence ou pas, la Fondation ECDL annonce la même année la sortie de son nouveau module Tableur « Avancé ». Les défis de la transition numérique s’imposent à tous, PME comme multinationales.

Pendant ce temps, les nouveaux champions du secteur numérique se lancent. Dès 2004, au moment oùFacebook enregistre ses premiers membres, la Fondation ECDL réalise ses premiers passages de tests sur des logiciels « Open Source » et répond ainsi aux besoins d’une communauté « Open » toujours plus nombreuse. Le développement d’Internet, des technologies de l’information et des réseaux sociaux connaît un accroissement exponentiel. La naissance de Twitter en 2006 ou la première commercialisation de l’IPhone en 2007 modifient notre manière de communiquer et donnent accès à de nouvelles perspectives de marché. Nos modes de vie sont dans le même temps considérablement bouleversés. La multiplication des e-shop et des transactions en ligne créent de nouvelles habitudes et aiguisent au passage les appétits de nouveaux arnaqueurs 2.0. La Fondation ECDL prend bonne note de ces évolutions et fait notamment entrer dès 2007 la thématique du Phishing dans le nouveau référentiel de la certification.

Il faut dire que l’époque va vite. Début 2009, alors qu’un tiers des foyers dans le monde dispose d’ordinateurs, 9 millions de candidats ont déjà passé leur certification ECDL. Deux ans après seulement, c’est un tiers de la population mondiale qui a désormais accès à Internet. Consciente de la rapidité de ces développements, la Fondation ECDL lance dès 2012 son module « Collaboration en ligne ». Et pourtant, le chemin restantà parcourir est encore long. En 2015, un rapport officiel rappelle que 26% des adultes de la zone OCDE ne seraient toujours pas en mesure d’utiliser un ordinateur[1], y compris dans le cadre des tâches les plus élémentaires.Le développement du secteur numérique est pourtant inexorable. Il induit de nouveaux débats, comme sur le droit à la déconnexion en France à partir de 2016, mais aussi de nouvelles opportunités. Pour les PME comme pour les multinationales, les réseaux sociaux sont devenus un moyen incontournable de faire connaître leurs produits et services auprès de publics qui les ignoraient jusqu’alors. La fonction de Community Manager s’institutionnalise. La Fondation ECDL y répond notamment en lançant son module « Digital Marketing ».

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification ICDL/ECDL/PCIE s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique dans le monde



[1] http://www.oecd.org/publications/adults-computers-and-problem-solving-9789264236844-en.htm

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/78/show Fri, 10 Nov 2017 09:29:28 +0100
<![CDATA[Les 20 ans de la Fondation ECDL]]> C’est avec le soutien de la Commission Européenne que le CEPIS (Conseil Européen des Associations de Professionnels des Technologies de l'Information) au travers du programme de recherche ESPRIT, et avec le soutien de la Commission Européenne, crée en 1996 le standard de certification European Computer Driving Licence (ECDL). Née l’année suivante à Dublin, la Fondation ECDL voit le jour afin de garantir la qualité de la certification ECDL. En suivant au plus près le développement des Technologies de l’Information et de la Communication dans nos sociétés, la Fondation ECDL crée et développe depuis 20 ans des modules de formation répondant aux exigences de l’ère numérique.

Deux décennies pendant lesquelles la Fondation ECDL a conservé comme objectif principal l’amélioration des compétences numériques de chacun. En travaillant en constante collaboration avec les établissements d’enseignement, les centres de formation professionnelle, les autorités régionales, nationales, gouvernementales et certaines grandes institutions internationales, la Fondation ECDL a développé des partenariats clefs permettant aujourd’hui à plus de 15 millions de candidats dans le monde d’être titulaire de leur certification ECDL.

Une tâche que la Fondation accomplit également en se tenant aux côtés de ses opérateurs nationaux qui dispensent en 41 langues et dans plus de 150 pays la certification ECDL. Avec 2,5 millions de tests passés chaque année, la certification ECDL s’impose aujourd’hui comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.


(De gauche à droite : M. Christopher SULLIVAN, Directeur Général d'ECDL France, M. Olivier GOULAS, Directeur Commercial d'ECDL France et M. Tony FRANKE, Président de la Fondation ECDL, lors de la cérémonie de célébration des 20 ans de la certification ECDL/PCIE dans les jardins du Mandarin Oriental)


Crée en 1996, ECDL France a été l’une des toutes premières entités à être reconnue par la Fondation ECDL comme opérateur de la certification ECDL qui est depuis mieux connue dans sa version française sous l’appellation Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE).


(De gauche à droite : M. Jakub CHRISTOPH, Directeur du développement de la certification en Europe, M. Franck MOCKLER, Responsable des standards de certification pour la Fondation ECDL et Mme Austeja TRIKUNAITE, Secrétaire Générale du CEPIS, étaient également présents pour célébrer les 20 ans de la certification aux côtés de l'équipe d'ECDL France et pour témoigner du développement du Passeport de Compétences Informatique Européen dans l'hexagone)


Fidèle à sa relation de proximité avec ses opérateurs nationaux, la Fondation ECDL par l'intermédiaire de ses représentants était d'ailleurs présente le 12 octobre dernier à Paris pour célébrer avec les membres d’ECDL France les 20 ans de la certification.

Pour plus d’informations sur la Fondation ECDL (site en anglais) : http://ecdl.org/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/80/show Tue, 14 Nov 2017 11:16:57 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE en Asie]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDL célèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement en Asie et sur deux décennies d’innovations technologiques.

A la fin des années 1990, l’Asie présente déjà un potentiel des plus prometteurs. Regorgeant de talents comme Ajay Bhatt, ingénieur américain d’origine indienne, co-inventeur du standard USB, ou de firmes comme Sony ou Huawei, le continent asiatique assure sa croissance par le biais des nouvelles technologies et l’amélioration des compétences numériques. Finalisé en 2001, le câble de communication sous-marin à fibres optiques APCN-2 donnera même une nouvelle cohérence technologique au continent en reliant le Japon, la Corée du Sud, la Chine, Hong-Kong, les Philippines, la Malaisie et Singapour. Un ouvrage titanesque qui permet de répondre à un nombre de connexions sur Internet en constante augmentation dans cette partie du globe.

Face à l’évolution des nouvelles technologies, la certification ICDL se tient aux côtés des gouvernements et des pouvoirs publics afin d’améliorer les compétences numériques des populations.

En Chine, le Ministère des Technologies de l’Information et des Communications adopte la certification ICDL dès 2003. Une reconnaissance qui permet le développement de la certification dans le pays et l’organisation d’évènements comme l’ICDL Student Competition en 2005, proposant à des milliers d’étudiants du secondaire de passer leurs tests sur l’ensemble des modules de la certification en moins d’une journée !

Mais si encourager les jeunes générations est une priorité, l’amélioration des compétences numériques de la population active l’est tout autant. A la pointe de la technologie et du développement humain, la Corée du Sud, par l’intermédiaire du Korean Productivity Center en 2008, ou encore Singapour, par le biais de sa Workforce Development Agency en 2009, intègrent la certification ICDL à leurs programmes de formation à l’intention des travailleurs. Nécessaire à assurer la productivité au poste de travail, la capacité à bien user des outils numériques que nous avons à notre disposition est devenue un élément crucial de nos vies professionnelles. En première ligne, les enseignants jouent évidemment un rôle fondamental dans les dispositifs de formation mis en place. En 2014, en Iran, le Ministère de l’Education adopte la certification ICDL et va même jusqu’à rendre le passage des tests de certification ICDL obligatoire pour l’ensemble de ses fonctionnaires.

Certains pays du continent asiatique font même figure de modèles en matière de compétences digitales. Première en 2015 au classement des économies les plus disposées à affronter les défis de l’ère numérique[1], Singapour est le symbole d’un pays qui a parfaitement saisi l’enjeu de faire de l’acquisition des compétences digitales une priorité. C’est d’ailleurs la Cité-Etat qui accueille la première édition du Digital Literacy Day en 2016, évènement organisé par ICDL Asie, réunissant représentants des pouvoirs publics et experts en Technologies de l’Information en vue de dresser un état des lieux des connaissances et des bonnes pratiques nécessaires à l’ère du numérique.

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique en Asie


[1] https://www.weforum.org/agenda/2016/07/countries-best-prepared-for-the-new-digital-economy/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/81/show Thu, 16 Nov 2017 09:38:01 +0100
<![CDATA[ECDL France en visite chez l’opérateur autrichien]]> Lancé en 1997 par ECDL France, le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) compte aujourd’hui 250 000 candidats, 1 500 000 tests passés et plus de 700 centres habilités. Des résultats qui en font à ce jour la première certification bureautique en France et qui sont le fruit d’une amélioration constante de nos produits durant les vingt dernières années, du travail exigeant de nos centres partenaires, mais aussi de la reconnaissance internationale de la certification ECDL-PCIE.

Supportés par la Fondation ECDL, dont le siège est à Dublin, les opérateurs nationaux de la certification disposent d’un référentiel pédagogique commun afin d’élaborer leurs tests d’évaluation et de certification, mais communiquent aussi entre eux pour améliorer leurs procédés et échanger sur des innovations qu’ils élaborent indépendamment les uns des autres.

C’est d’ailleurs dans cette perspective que Christopher Sullivan, Directeur Général de la certification PCIE pour la France, a rencontré Thomas Geretschläger, Responsable Développement Produit et Projets au sein d’ECDL Autriche.


(M. Thomas Geretschläger et M. Christopher Sullivan lors de leur réunion dans les locaux d'ECDL Autriche)


Une rencontre qui s’est tenue à Vienne et qui a notamment permis d’échanger sur les procédés techniques et les interfaces mis en œuvre chez chacun des opérateurs.

Christopher Sullivan nous en parle :

ECDL : Dans quel but vous êtes-vous rendu à Vienne dans les locaux d’ECDL Autriche ?

CS : Je connais Thomas (Geretschläger) depuis plus de 10 ans. Je l’ai rencontré à de nombreuses reprises, notamment lors des Forums organisés chaque année par la Fondation ECDL regroupant les représentants des 150 pays couverts par le PCIE. Notre toute première discussion avait porté sur une action qu’il venait de nous présenter sur la mise en place de formations PCIE auprès de l’ensemble du personnel du groupe SPAR en Autriche. Depuis, nous échangeons régulièrement sur nos succès respectifs pour constamment s’améliorer.

ECDL : Cette visite s’est-elle donc limitée à échanger sur vos succès de l’année passée ?

CS : Il est vrai que cette année recense encore de nombreux succès. Je pense notamment à l’action récemment menée par un de nos centres avec le Groupe Go&Live ou encore à la célébration des 20 ans de la certification ECDL/PCIE qui nous a permis de recueillir les témoignages extrêmement positifs des grands acteurs de la formation professionnelle en France. Mais cette rencontre a surtout été l’occasion d’explorer la possibilité pour nous d’utiliser le système de test autrichien.

ECDL : Devons-nous comprendre que le système de test PCIE français va changer ?

CS : Il ne s’agit pas de remplacer le système de test français qui continue à faire ses preuves puisque la France se classe désormais 5ème parmi tous les opérateurs de la certification dans le monde. Mais certains de nos centres ont évoqué le souhait de proposer plusieurs solutions de tests à leurs clients, notamment des tests « In Application », ce que propose la solution autrichienne.

ECDL : Que sont exactement les tests « In Application » ?

CS : Les tests « In application » évaluent nos connaissances en nous demandant de répondre concrètement à une question en effectuant la tâche dans un logiciel donné. Le candidat à un test portant sur un logiciel de traitement de textes devra, en fonction de la question qui lui est posée, changer la police d’écriture d’un texte, effectuer un saut de page, insérer un tableau dans un texte… Il ne s’agit plus ici de seulement montrer que l’on connaît l’emplacement d’une fonctionnalité, mais bien de l’utiliser concrètement pour répondre aux questions posées. Une méthode pratique et ludique qui a le vent en poupe.

ECDL : Allez-vous devoir traduire les questions d’allemand en français ?

Non, il ne sera pas nécessaire de les traduire. Les tests sont déjà développés en français puisque le système est déjà utilisé en suisse francophone.

ECDL : Quand est-ce que ces tests seront disponibles ?

Ils le sont déjà, mais nous souhaitons les tester d’abord avec certains centres pilotes durant les prochains mois.

***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification ECDL/PCIE s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

***

Retrouvez plus d’informations sur le site internet d’ECDL Autriche.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/82/show Tue, 21 Nov 2017 10:29:36 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE dans le monde arabe]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDLcélèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement dans les pays arabes et sur deux décennies d’innovations technologiques.

Bénéficiant de conditions économiques, sociales et politiques très hétérogènes, les pays du monde arabe affrontent au tournant des années 2000 des situations bien différentes. Cependant, l’essor des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) les concerne tous et devient très vite un élément fondamental de leur développement.

Les initiatives ne manquent pas. Avec la création de Maktoob, premier service de courrier électronique en langue arabe, fondé en Jordanie en 1998, ou encore avec le lancement des travaux de la Dubaï Internet City en 1999, le monde arabe se dote d’interfaces et d’infrastructures en vue de participer activement à l’ère numérique. Ailleurs, la priorité est à l’acquisition des compétences numériques et à la formation des populations. Dans cette perspective la certification ICDL se tient aux côtes des grandes institutions internationales. L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine adopte la certification ICDL en 2000 et l’année suivante, l’UNESCO lui emboîte le pas pour faire de la certification ICDL une composante essentielle de ses programmes d’éducation dans le monde arabe.

Au sein des Emirats Arabes Unis, l’enjeu est aussi d’importance. Les pays du Golfe doivent assurer la transition de leur modèle économique et faire des compétences numériques une priorité. Fondée en 2004, la Fondation ICDL GCC les accompagne pour assurer l’acquisition et la certification des compétences numériques dans les 6 pays formant le Conseil de Coopération du Golfe. En 2006, Dubaï fait même de l’obtention de la certification ICDL un critère de recrutement à l’égard de ses fonctionnaires et de ses enseignants. La certification ICDL séduit aussi dans le même temps le secteur privé. En 2008, la compagnie aérienne Emirates Airlines lance un grand plan de formation et de certification homologué par la certification ICDL à l’intention de l’ensemble de son personnel navigant.

Au-delà des perspectives économiques, l’évolution galopante des TIC engendre aussi des bouleversements sociaux sans précédent. Lancé en 2009 dans les pays arabes, Facebook - à l’instar d’autres réseaux sociaux – jouera ainsi un rôle central deux années plus tard dans les révolutions du Printemps Arabe, notamment en Tunisie et en Egypte. Si les réseaux sociaux ont véhiculé des messages, les terminaux mobiles ont permis leur partage en masse. En 2011, le constat est clair, le taux de pénétration des téléphones portables dans les pays arabes a d’ores-et-déjà atteint les 97%.

Entre révolutions, bouleversements sociaux et développement d’un nouveau modèle économique, le monde arabe se retrouve continuellement au cœur de l’actualité et des grands enjeux stratégiques. La certification ICDL accompagne ces changements et met en place, en partenariat avec les institutions locales et internationales, des programmes de formation et de certification ICDL permettant d’améliorer les compétences numériques de populations fragilisées par l’instabilité politique et les conflits armés. Centre de test habilité ICDL depuis 2014, le camp de réfugiés d’Al-Zaatari (Jordanie) a ainsi pu certifier les compétences numériques de plus de 1000 candidats en l’espace de deux ans. Dans le cadre de situations politiques, économiques et sociales, aussi diverses que le sont les pays du monde arabe, la certification ICDL poursuit ses initiatives pour l’amélioration des compétences numériques dans la région.

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique dans le monde arabe

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/83/show Thu, 23 Nov 2017 08:51:21 +0100
<![CDATA[F2IA célèbre la réussite de ses candidats au PCIE]]> Ce samedi 17 novembre s’est déroulée une cérémonie de remise de diplômes pour les stagiaires de F2IA à Coubon. Les stagiaires se sont vus remettre leurs diplômes concernant la formation PCIE (Passeport des Compétences Informatiques Européen).

Cette formation, connue et reconnue au niveau européen, permet d’acquérir le socle de compétences sur divers sujets.

En effet 9 modules sont proposés (Traitement de texte, Tableur, Base de données, Présentation, Essentiels de l’ordinateur, Essentiels du Web, Edition image, Travail collaboratif en ligne et Sécurité des technologies de l’information) et chacun peut choisir son ou ses modules.

La formation peut être financée par différents leviers. Elle peut être prise en charge par l’employeur mais également par le compte CPF (Compte Personnel de Formation) dont chaque actif dispose.

L’organisme de formation F2IA, nouvel acteur dans le secteur de la formation bureautique et informatique sur le bassin ponot, a donc dispensé cette formation à près de 50 personnes depuis septembre 2016.

Après une brève présentation des résultats qui ont démontré un excellent cru pour cette année (plus de 80% de réussite), un pot de l’amitié a pu permettre un temps d’échange cordial pour tous.

Lire l'article sur zoomdici.fr


Pour plus d’informations ou pour toute question concernant un projet de formation au sein de F2IA, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Bertrand PEGON : contact@f2ia.fr- Centre : F2IA




]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/84/show Tue, 28 Nov 2017 10:35:57 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE en Amérique Latine]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDLcélèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement en Amérique Latine et sur deux décennies d’innovations technologiques.

Le continent sud-américain montre très tôt un véritable engouement pour Internet. De grands sites d’e-commerce comme Movile au Brésil en 1998 ou MercadoLibre.com en Argentine l’année suivante deviennent rapidement des plateformes incontournables pour de nombreux sud-américains. Le développement rapide des connections Internet que connaît le continent l’oblige à être relié aux grandes infrastructures de télécommunication. En 2000, le câble de communication sous-marin Sam-1 réalise cet objectif en assurant la jonction de plusieurs terminaisons entre l’Amérique du Sud, l’Amérique Centrale et la Floride.

Priorité sociale et politique, l’éducation est un des grands enjeux du continent sud-américain. Dans le sillage de l’initiative One Lap Top per Child de Nicholas Negropponte, le plan Ceibal propose en 2006 de donner à chaque enfant uruguayen la possibilité d’avoir son propre ordinateur portable et à chaque école sa connexion Internet. L’année suivante, le Chili lance ClaseDigital, un programme de formation portant sur les compétences numériques et destiné tout particulièrement aux étudiants du secondaire et à leurs enseignants. Une initiative qui permettra, avec l’appui du Ministère de l’Education chilien, à près de 37 000 étudiants, de suivre des programmes de formation homologués ICDL. En Colombie, le projet e-Ciudadano, porté par ICDL Colombie, s’applique dès 2008 à former et à certifier les compétences numériques de 75 000 colombiens à l’aide de la certification ICDL. Un dispositif qui aboutira finalement, après son élargissement, à la formation et à la certification de 150 000 personnes. Les programmes de formation et de certification ICDL deviennent ainsi des éléments essentiels des plans de formation engagés dans le secteur de l’Education. Signe de cette reconnaissance, la certification ICDL est adoptée par une quinzaine d’universités mexicaines en 2010.

Dans le même temps, le continent sud-américain a poursuivi le développement de ses infrastructures et de son microcosme de start-up et d’entreprises high-tech. Pour cela, il peut notamment compter sur le travail de firmes comme LTE qui devient le premier opérateur à proposer un réseau 4G à ses abonnés uruguayens, mais aussi sur les talents de ses développeurs. Inventeur du système de sécurisation CAPTCHA, le guatémaltèque Luis von Ahn lance en 2012 l’application gratuite Duolingo qui permet aujourd’hui à des millions de personnes d’améliorer à leur rythme leur apprentissage des langues. La même année ICDL Colombie remporte les FRIDA Awards en reconnaissance de son implication dans le cadre du projet e-Ciudadano qui aura notamment conduit à la formation et au développement des compétences numériques de 110 000 agents de la police colombienne. Tournée vers l’avenir, l’Amérique Latine peut aussi être fière de ses réalisations et de ses pionniers. En 2013, Ida Holtz, célèbre scientifique uruguayenne qui a notamment supervisé la mise en place du premier nœud de connexion Internet en Uruguay, intègre le Internet Hall of Fame, en reconnaissance des réalisations de sa brillante carrière.

Des réussites et des récompenses qui attestent du développement technologique et numérique de l’Amérique Latine. Consciente du potentiel existant, la certification ICDL inaugure son bureau continental ICDL Americas au Panama en 2016. Une implantation qui permet aujourd’hui de coordonner et de renforcer efficacement les actions de la certification ICDL dans cette partie du monde.

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique en Amérique Latine

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/85/show Thu, 30 Nov 2017 09:04:53 +0100
<![CDATA[Le chef Thierry Marx reçoit la 265 000ème carte PCIE]]> Le 12 octobre dernier, ECDL France a choisi de célébrer les 20 ans du Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) au sein du prestigieux Mandarin Oriental Paris où officie depuis plusieurs années déjà le chef doublement étoilé Thierry Marx.


Le chef Marx présent à la cérémonie des 20 ans du PCIE

Connu pour ses talents en cuisine, le chef Marx est aussi reconnu pour ses projets et ses succès inspirants dans le secteur de la formation professionnelle. A ce titre, l’équipe d’ECDL France a été particulièrement honorée de lui remettre la 265 000ème carte PCIE, symbole de 20 ans de réalisations et de notre engagement à améliorer les compétences numériques de chacun.


(M. Christopher SULLIVAN et M. Olivier GOULAS remettant la 265 000ème carte PCIE au chef Thierry MARX)


A l’occasion de l’évènement, le chef Marx a témoigné de ses convictions en matière de formation professionnelle : donner la priorité à un projet plus qu’à un « job », valoriser l’engagement et la motivation, mettre la pratique au cœur de l’enseignement… Autant de recettes qui font écho au parcours professionnel du chef, mais aussi aux méthodes qui ont cours dans les établissements de formation qu’il a mis sur pied.


Le modèle Cuisine Mode d’Emploi(s)

Depuis 2012, le projet Cuisine Mode d’Emploi(s), initié par Thierry Marx et Frédérique Calandra, Maire du XXème arrondissement de Paris, a en effet pour objectif de proposer des formations courtes et gratuites dans les domaines de la cuisine, de la boulangerie et du service en salle. Au programme, douze semaines de formation concrète : huit semaines de formation pratique et théorique au sein de l’école Cuisine Mode d’Emploi(s) pour apprendre les fondamentaux (maîtrise du geste, du feu, du temps…) et quatre semaines de stage en entreprise avec l’accompagnement d’un tuteur. A l’issue de ces trois mois, les élèves valident un certificat de qualification professionnelle et plus de 90% d’entre eux trouvent alors un emploi dans le secteur de l’hôtellerie-restauration (où près de 50 000 postes restent vacants chaque année). Un pourcentage d’employabilité éloquent à l’heure où le projet a d’ores-et-déjà permis d’aboutir à la formation de près de 1000 élèves.

Social, le projet l’est d’autant plus qu’il s’adresse à un large public de tous âges. Jeunes sortis du système scolaire sans qualification, personnes en reconversion professionnelle, demandeurs d’emploi de longue durée, individus sous-main de justice… Peu importe leur identité et leur passé, tous peuvent être éligibles au dispositif. Une seule condition demeure : une motivation et un engagement sans faille des élèves. En proposant des formations rapides et diplômantes à des personnes souvent éloignées de l’emploi et pour lesquelles une formation classique serait souvent trop onéreuse ou trop longue, Cuisine Mode d’Emploi(s) a trouvé un modèle de formation pertinent et efficace.

Forte de ses succès, l’initiative est présente à Paris, Grigny, Villeneuve-Loubet, Besançon et Marseille et annonce l’ouverture de deux nouveaux centres de formation en 2018. La suite ? Essaimer à l'international ? Ou encore faire de même avec d’autres secteurs d’activités. Le chef Marx s’est d’ailleurs récemment associé au champion de judo Benoît Campargue pour lancer un nouveau cursus baptisé « Pass’Sport pour l’emploi » et qui aura pour objectif l’insertion professionnelle par le sport.


(M. Christopher SULLIVAN et le chef Thierry MARX)


Des projets qui donnent un coup de fouet au monde de la formation professionnelle et qui nous ont rendus particulièrement fiers et heureux de remettre symboliquement la 265 000ème carte PCIE au chef Thierry Marx.


Retrouver plus d’informations sur le projet Cuisine Mode d’Emploi(s) sur www.cuisinemodemplois.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/86/show Thu, 07 Dec 2017 08:52:38 +0100
<![CDATA[Les nouveautés du PCIE]]> A l’occasion de la célébration des 20 ans de la certification PCIE qui s’est tenue le 12 octobre dernier à Paris au Mandarin Oriental, Christopher SULLIVAN, Directeur Général d’ECDL France, a pu présenter aux acteurs majeurs de la formation en France les nouveautés de 2017 et annoncer les projets de 2018. En présence de la CNCP, des OPCA, du MEDEF, de partenaires comme les Missions Locales de France, ou encore la Grande Ecole du Numérique, Monsieur SULLIVAN a expliqué les changements majeurs dont le PCIE bénéficiait actuellement.

Il nous en parle en détail.


ECDL France : Monsieur SULLIVAN, lors de la célébration des 20 ans du PCIE vous avez évoqué plusieurs nouveautés mises en place cette année. D’après vous, quelle évolution vous parait être la plus importante ?

CS : Cela est sans doute l’arrivée en septembre des 5 nouveaux modules qui nous permettent actuellement de proposer 9 modules PCIE, et ce toujours avec la même Carte PCIE. Le lancement des modules Edition Image, Travail Collaboratif en Ligne et Sécurité des TI a permis au PCIE d’évoluer pour ne plus simplement être une certification en bureautique mais bel et bien la Référence Internationale de la Certification des Compétences Digitales. De plus, les Essentiels de l’Ordinateur et les Essentiels du Web, qui viendront définitivement remplacer les modules Technologies et Société de l'Information, Gestion des documents et Services d'information et Outils de communication au 1er janvier 2018, apportent plus de lisibilité et de compréhension auprès du grand public.


(M. Christopher SULLIVAN lors de la cérémonie de célébration des 20 ans du PCIE le 12 octobre dernier)


ECDL France : Ainsi vous vous arrêtez aux 9 modules proposés actuellement ?

CS : Non, d’autres modules sont déjà en cours de préparation et seront disponibles dans le courant du 1er semestre 2018. Il s’agit de la CAO 2D, de l’Edition Site Web et de la Gestion de Projets. Nous prévoyons aussi 4 modules de niveau avancé sur le Traitement de texte, le Tableur, les logiciels de Présentation et sur la Base de données.


ECDL France : Ce sont visiblement de gros chantiers qui ont été entrepris en 2017 et 2018, avez-vous toutefois pu développer d’autres projets ?

CS : D’autres projets ont en effet vu le jour en 2017 avec le lancement de la solution d’e-learning homologuée PCIE, développée par notre partenaire AlterCampus. Nous avons également lancé en octobre la nouvelle plateforme du candidat (www.monpcie.fr) et le nouveau site web. Le PCIE-PRO se voit désormais doté du Replay – permettant à nos centres de revenir sur les questions et réponses des candidats, voire de nous faire remonter des corrections – et nous avons même lancé l’appli PCIE.


ECDL France : Une appli PCIE ? Il n’y a pourtant aucune mention de cette application mobile sur votre site web…

CS : En effet, l’application est pourtant bien téléchargeable sur l’AppStore et Google Play. Cependant, nous souhaitons y apporter un certain nombre d’améliorations avant de communiquer plus largement dessus. Pour le moment l’Appli PCIE n’est disponible qu’aux candidats disposant d’une carte PCIE, et permet de consulter les tests à passer ou des résultats. Nous avons l’ambition de développer une appli plus proche de la « gamification » pour inciter le grand public à s’intéresser au PCIE. Vous pouvez toutefois télécharger l’appli dès aujourd’hui, et automatiquement bénéficier des évolutions dans le courant de l’année 2018.


ECDL France : A ce propos, quelles sont les évolutions prévues pour l’année prochaine ?

CS : Une des principales évolutions prévues pour 2018 est l’amélioration de la plateforme de test PCIE. Bien qu’elle n’ait que 4 ans, l’interface de test doit gagner en modernité afin que son design réponde aux attentes d’aujourd’hui. Le monitoring des tests, permettant aux examinateurs de suivre en temps réel la progression des tests, va aussi être considérablement amélioré. Les centres pourront prochainement connaître le temps restant d’un test, ainsi que le score prévisionnel, mais aussi consulter les questions et les réponses des candidats au fur et à mesure qu’ils y répondent. C’est très excitant de pouvoir proposer des produits aussi technologiquement avancés à nos centres.


ECDL France : Voilà de nombreuses évolutions techniques et de contenu du PCIE, mais prévoyez-vous aussi des changements sur la communication autour du PCIE ?

CS : L’arrivée des nouveaux modules du PCIE nous impose automatiquement de modifier nos supports de communication. Toutes nos brochures seront d’ailleurs entièrement revues et mises à jour au cours du 1er trimestre 2018. Par ailleurs, à partir de 2018 nous voulons engager une communication directe auprès des candidats PCIE. Nous avons constaté qu’il est parfois difficile, voire impossible pour certains centres de relancer les anciens candidats pour les inciter à revenir en formation sur d’autres modules ou de nouvelles versions de logiciels. Parmi les 265 000 candidats inscrits au PCIE depuis 20 ans, seule une partie est en train de passer activement des tests en France à un moment donné. Nous sommes convaincus que des campagnes promotionnelles auprès des autres candidats leur donneront envie de retourner dans un de nos 700 centres pour commencer une nouvelle formation. Il ne s’agit en aucun cas de court-circuiter nos centres, mais bien d’accompagner les candidats dans leurs formations tout au long de la vie et d’aider nos centres à les fidéliser.


***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification ECDL/PCIE s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

***

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/87/show Mon, 18 Dec 2017 16:04:19 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE en Afrique]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDLcélèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement en Afrique et sur deux décennies d’innovations technologiques.


Conscient des défis auxquels est confronté le continent africain, Nelson Mandela déclare en 1998 que l’Afrique « doit combler le fossé entre ceux qui ont accès à l’information et ceux qui ne l’ont pas ». Une vision qui correspond à celle de la Fondation ECDL et à sa volonté d’améliorer les connaissances numériques de chacun.C’est d’ailleurs sur le continent africain que débute véritablement l’internationalisation de la certification PCIE/ECDL/ICDL. Le premier certificat ICDL est en effet remis à une candidate sud-africaine en 1999. La même année, la Zimbabwe Computer Society adopte la certification ICDL et devient l’un des premiers opérateurs de la certification en Afrique.

En s’appuyant notamment sur des talents comme le ghanéen Nii Quaynor, qui travaille activement au début des années 2000 au développement d’Internet sur le continent, l’Afrique repense ses infrastructures en matière de Technologies de l’Information et de la Communication. En 2001, le câble sous-marin à fibres optiques SAT-3 relie l’Afrique de l’Ouest à l’Europe et permet de connecter un peu plus encore le continent africain au réseau mondial.

La multiplication de systèmes informatisés dans de nombreux pays africains doit aussi s’accompagner de programmes de formation visant à l’amélioration des compétences numériques des populations. En 2006, le Ministère de l’Education namibien propose de certifier les compétences des élèves, mais aussi celles des enseignants, à l’aide de la certification ICDL. En 2009, le gouvernement kenyan décide de la même manière d’adopter la certification ICDL pour évaluer et reconnaître les compétences de ses agents publics.

Connaissant un fort taux de croissance économique et démographique, l’Afrique poursuit le développement croisé de ses infrastructures et de ses compétences. En 2010, le Rwanda améliore considérablement sa connexion haut débit en installant 2 300km de fibre optique sur son territoire, alors que le Ministère de l’Education nigérian adopte à son tour la certification ICDL. En Afrique du Sud, l’attention se porte particulièrement sur les milieux ruraux et les communautés les plus socialement défavorisées, rarement bénéficiaires des innovations technologiques qui se concentrent autour des grands centres urbains. Le programme « Cape Access », inauguré en 2012, tente de répondre à cette problématique en installant des centres de formation proposant le passage de la certification ICDL aux populations les plus marginalisées. En quête de compétences nouvelles et de progrès technique, l’Afrique est plus que jamais la destination technologique des années à venir. En 2015, la Fondation ECDL inaugure le bureau continental d’ICDL Africa à Kigali pour promouvoir toujours plus les actions de la certification ICDL en Afrique.

La croissance du continent africain donne également à voir des spécificités comme nulle part ailleurs dans le monde. Peu bancarisés, les Africains saisissent l’opportunité représentée par le développement de la téléphonie mobile pour faciliter leur accès aux services financiers. Développés à l’origine au Kenya et en Tanzanie, les services de la société M-Pesa, permettent en 2016 à plus de 20 millions de personnes de déposer, retirer et transférer leur argent, mais aussi d’accéder à des offres de micro-financement, par le biais de leur téléphone portable. L’inclusion de services financiers aux terminaux mobiles de millions d’Africains ne semble pour autant qu’être à ses débuts. Fin 2016, le taux de pénétration de la téléphonie mobile en Afrique dépasse à peine les 50% et laisse entrevoir encore de belles perspectives dans ce secteur.


Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique en Afrique

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/88/show Thu, 21 Dec 2017 09:13:14 +0100
<![CDATA[Lancement de la Coalition Française pour le développement des compétences numériques]]> Lancée le 1er décembre 2016 par la Commission Européenne, le projet Digital Skills and Jobs Coalition a pour objet de réunir dans chaque Etat membre de l’Union Européenne des intervenants à même de répondre à la forte demande de compétences numériques en Europe : représentants institutionnels, entreprises, partenaires sociaux, ONG, acteurs du secteur de l’enseignement…

Une initiative qui, à ce jour, a abouti à la création de 18 coalitions nationales dont l’avant-dernière en date a vu le jour en France et à laquelle s’est joint le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) en tant que référence internationale de la certification des compétences digitales.

Annoncée officiellement le 26 septembre dernier à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue au CNAM à Paris, la Coalition Française est coordonnée et animée par le MEDEF et réunit des acteurs sociaux et économiques tels que Adecco, l’AFPA, l’Agence du Numérique, l’APEC, l’association Pasc@line, la CFDT, le Cigref, la CPME, la Grande École du Numérique, le Groupe BPCE, le Groupe des fédérations industrielles, le Ministère de l’Education Nationale, la Région Grand Est, Simplon, Sodexo, l’Union des Industries Chimiques (UIC), etc.

Le but de la Coalition : répondre aux défis de l’ère numérique, comme à ceux du marché de l’emploi. Pour la Commission Européenne, l’enjeu est de taille. Sur le continent européen, c’est en effet près de 750 000 emplois qualifiés dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) qui pourraient ne pas être pourvus d’ici à 2020. La faute à un manque cruel de compétences. Toujours selon les chiffres de la Commission Européenne, plus d’un tiers de la population active et, plus globalement, près de 45% des Européens auraient uniquement des compétences numériques de base.

Un constat qui pousse à repenser les compétences numériques comme une arme de choix sur le marché de l’emploi, à l’heure où le chômage des jeunes dans l’Union Européenne tourne autour des 20%.

Stratégique au niveau européen, la bonne maîtrise des outils numériques l’est tout autant à l’échelle nationale. Selon France Stratégies et la Dares, c’est entre 170 000 à 212 000 postes qui seraient à pourvoir dans le secteur du numérique en France d’ici 2022.

Au fait de ces constats, la Coalition organise ses travaux autour de quatre grands axes :

- Accompagner les actifs (demandeurs d’emploi et salariés) dans l’acquisition des compétences numériques qui leur permettront de développer leur employabilité tout au long de leur vie ;

- Améliorer la prise en considération des compétences numériques dans le domaine de l’Education ;

- Développer la formation des professionnels du numérique ;

- Améliorer les compétences numériques de tous.


Jérémy SIMON, Directeur de Mission à la Direction Générale du MEDEF, revient avec nous sur les objectifs, les travaux et la méthodologie mis en place par la Coalition Française.


ECDL France : Monsieur SIMON, pouvez-vous nous résumer en quelques mots les objectifs de la Coalition Française ?

JS : Dans un premier temps, il s’agit de donner de la cohérence et de fédérer des acteurs qui se connaissent plus ou moins bien. Les acteurs du numérique, bien sûr, qui opèrent au plan local, régional ou national. Mais aussi des acteurs de différentes natures, publics ou privés, comme par exemple le monde de l’entreprise et l’Education Nationale. De ces rapprochements naîtra un état des lieux qui nous permettra de savoir véritablement où nous en sommes en matière de compétences et de besoins. Le but final de cette approche n’est pas d’aboutir à vingt ou trente recommandations qui viseraient une nouvelle fois à reforger des référentiels de compétences ou à augmenter ou diminuer des financements. En rupture avec une démarche qui nous ramène trop souvent à simplement « jouer avec des curseurs », ce que nous voulons, c’est plutôt donner de nouvelles idées aux pouvoirs publics, être un laboratoire d’idées en somme.

(Monsieur Jérémy SIMON lors de la célébration des 20 ans de la certification PCIE le 12 octobre 2017)


Pour ce faire, il faudra aussi bien mettre en exergue des projets prometteurs toujours au stade de l’incubation, comme promouvoir des projets novateurs dont on note déjà les bons résultats. Autrement dit, être pragmatique en donnant leurs chances à des initiatives très concrètes.


ECDL France : En quoi va précisément consister le rôle du MEDEF en tant qu’animateur de la Coalition ? Quelle méthodologie va être adoptée ?

JS : Le MEDEF a principalement un rôle de coordinateur et d’animateur ; ni plus ni moins. Il met à profit ses moyens et ses réseaux via un secrétariat dédié et a mis en place une plateforme pour que différents acteurs puissent justement aider à dresser un état des lieux des initiatives et des bonnes pratiques à développer. Des points d’étapes réguliers sur l’avancée des travaux de la Coalition sont également prévus.

Nous travaillons aujourd’hui avec quatre équipes qui se concentrent chacune sur quatre axes bien définis. Il s’agit de les faire travailler ensemble, d’opérer une véritable synergie entre elles et de retenir de tout cela des priorités d’action. Une fois de plus, c’est avec pragmatisme que nous abordons nos travaux. Nous sommes prêts à encourager des initiatives pour un temps et voir ce qu’elles produisent en retour. Si celles-ci sont concluantes alors nous pourrons promouvoir leur généralisation ou leur systématisation.

La Coalition va également pouvoir profiter de la tenue de certains évènements. Ce sera notamment le cas lors de la 4ème Université Numérique du MEDEF qui se tiendra les 21 et 22 Mars prochains sur le thème « Comment relever le défi des compétences ? » et pendant laquelle la Coalition pourra disposer d’un atelier par exemple pour faire connaître son action.


ECDL France : Peut-on aujourd’hui identifier des champs sur lesquels les efforts de la Coalition se feront plus particulièrement sentir ?

JS : Oui, certaines priorités ont d’ores et déjà été présentées lors de la première assemblée plénière de la Coalition le 19 octobre dernier. Parmi elles on peut évoquer le fait de favoriser une plus grande mixité dans les métiers du numérique, d’attirer un nombre accru de femmes vers des métiers sur lesquels la proportion d’hommes domine encore largement. Sur un plan plus général, concernant l’ensemble des actifs, l’amélioration globale des compétences numériques est aussi une priorité. Si les demandeurs d’emploi ont tout intérêt à améliorer l’état de leurs compétences numériques pour favoriser leur employabilité, il en va également de même pour des salariés qui ont de plus en plus besoin de suivre les évolutions technologiques de leurs métiers. Enfin, nos travaux concernent tout un chacun, autrement dit, des millions de citoyens de plus en plus confrontés à des plateformes en ligne dans le cadre de leurs obligations administratives ou de leur accès à l’information. Nous travaillerons donc de concert avec le gouvernement qui vient de lancer son plan inclusion numérique le 12 décembre dernier.

***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences digitales.

***

Retrouvez plus d’informations sur le site de la Coalition Française : http://www.french-digital-coalition.fr/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/89/show Tue, 16 Jan 2018 09:26:38 +0100
<![CDATA[Cuisine Mode d’Emploi(s), une recette qui marche !]]> Le 12 octobre dernier, ECDL France, opérateur du Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE) a eu le plaisir de célébrer les 20 ans de la certification au Mandarin Oriental Paris. L’évènement a permis de réunir autour de l’équipe d’ECDL France les grands acteurs de la formation professionnelle (CNCP, OPCA, Medef…), mais aussi de remettre symboliquement la 265 000ème carte PCIE au chef Thierry Marx, pendant un cocktail déjeunatoire préparé par ses équipes.

Une occasion pour nous de rencontrer Melle Canelle Angel, ancienne élève du dispositif de formation « Cuisine Mode d’Emploi(s) ». Une initiative dont Thierry Marx et Frédérique Calandra, Maire du XXème arrondissement de Paris, sont à l’origine et qui a à ce jour contribué à la formation de plus d’un millier d’élèves désireux de devenir professionnels du secteur de l’hôtellerie-restauration.

Canelle nous fait aujourd’hui le plaisir de revenir sur ce dispositif de formation, qui lui a permis de mêler passion, engagement personnel et projet professionnel.

- ECDL France : Canelle, qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le dispositif « Cuisine Mode d’Emploi(s) » ? Où en étiez-vous avant cela ? Comment avez-vous entendu parler du dispositif ?

J’avais déjà travaillé dans le domaine de la restauration par le passé. Dans une crêperie notamment. J’y avais aimé mon travail et le contact avec la clientèle. Mes patrons ont finalement vendu leur affaire et j’ai ensuite trouvé un emploi, toujours dans le secteur de la restauration, auprès d’une société de livraison de repas à domicile. C’est finalement un reportage à la télévision qui m’a fait connaître le projet « Cuisine Mode d’Emploi(s) » et qui m’a directement fait penser que cette formation était faite pour moi. On y présentait tout ce qui pouvait me faire adhérer à un programme de formation : l’implication exigée et sans conditions des élèves, l’encadrement de formateurs expérimentés, l’accent mis sur la pratique plus que sur la théorie. Tout cela dans le cadre d’une formation professionnelle dédiée aux métiers de la restauration. Lorsque j’ai vu qu’une école « Cuisine Mode d’Emploi(s) » avait ouvert ses portes à Paris, j’ai préparé ma candidature et je l’ai envoyée.

- ECDL France : Quels ont été les aspects les plus marquants, les plus attrayants de votre formation ?

Le discours qui encadre la formation est très clair et très inspirant. Peu importe ce que l’on était avant, peu importe d’où l’on vient, cela est égal. Ce qui intéresse le chef Marx, c’est notre projet futur, c’est là où l’on va. Un discours que l’on entend notamment lors de l’entretien d’admission à l’Ecole et qui a le mérite de donner une vraie considération aux élèves et de les mettre devant leurs responsabilités. En intégrant le projet « Cuisine Mode d’Emploi(s) », on se sent investi par ce discours, on sait véritablement pourquoi on est là et le jury qui a accepté notre dossier ne se fait pas non plus de doute sur l’état de notre motivation. C’est ce mélange entre responsabilité des élèves et accompagnement des formateurs qui est aussi une des raisons du succès de la formation.


(Melle Canelle Angel lors de la cérémonie des 20 ans de la certification PCIE le 12 octobre 2017)


Le parcours de formation correspond lui aussi au discours tenu. On se retrouve très rapidement en contact avec les réalités des métiers de la restauration.Quelques jours à peine après le début de la formation, on se retrouve déjà derrière les fourneaux à préparer des repas dans le cadre du restaurant-atelier de l’Ecole et à délivrer une prestation pour 40 personnes. On évolue très vite comme une vraie brigade et on se retrouve confronté à tout ce qui fait la vie d’une cuisine : gestion des stocks et de l’hygiène, préparations, répartitions des tâches entre les divers postes…Ce sont aussi les élèves qui se préparent eux-mêmes leur repas à midi. Une bonne manière de se sentir impliqué dans la cuisine que l’on propose. Dans tous les aspects de la formation, l’élève est toujours une partie prenante.

- ECDL France : Est-ce que l’on peut dire que « Cuisine Mode d’Emploi(s) » est finalement en rupture avec l’enseignement tel que vous l’avez connu jusqu’à présent ?

La grande différence avec le parcours scolaire qui est obligatoire, c’est que lorsque l’on intègre le projet « Cuisine Mode d’Emploi(s) », on sait pourquoi on y est. Le choix est volontaire, mûrement réfléchi, animé d’une véritable motivation. Les élèves se sentent profondément impliqués dans leur projet professionnel, ce qui leur permet de donner le meilleur d’eux-mêmes, huit heures par jour, pendant les deux mois de formation. On apprend à apprécier l’effort. On sait pourquoi on le fournit.

On a aussi très vite l’impression que les autres stagiaires ressentent la même chose. Un véritable sentiment de cohésion – digne d’une brigade - s’installe très vite entre les élèves. Je suis d’ailleurs restée en contact avec des élèves de ma promotion.

- ECDL France : Quelle perspective vous donne aujourd’hui votre passage au sein de « Cuisine Mode d’Emploi(s) » ?

Aujourd’hui, je suis commis de cuisine au Mandarin Oriental Paris et suis responsable de mon propre poste.Je gère une équipe de deux personnes avec qui nous nous occupons des commandes, des stocks, des préparations, des mises en place… Des tâches qui nécessitent une certaine autonomie dans le travail, notion bien appréhendée pendant notre formation.

Pour la suite, je souhaite simplement continuer à faire ce que je fais, dans le même état d’esprit qu’à l’Ecole du chef. Concrètement, je veux continuer à explorer mon métier, passer à tous les postes de travail, aux poissons, aux cuissons, aux garnitures, aux entrées… augmenter mon bagage technique le plus possible, continuer à faire mes armes. Quand on vient de l’Ecole « Cuisine Mode d’Emploi(s) », on cultive une certaine envie d’apprendre, qui reste justement avec nous après la formation.

J’aimerais d’ailleurs transmettre un peu de ce que l’on nous a donné pendant notre formation. Le goût de l’effort, du travail fait avec justesse et simplicité. Je pense en effet que les élèves du projet « Cuisine Mode d’Emploi(s) » représentent une bonne relève pour l’apprentissage et veulent à leur tour transmettre ce qu’ils ont appris. On a envie de faire ce que nos formateurs ont fait avec nous, transmettre un savoir-faire, mais aussi et surtout des valeurs d’engagement et d’abnégation qui font honneur à notre travail en cuisine.

Le métier est exigeant, mais la motivation personnelle, alliée au savoir-faire et aux valeurs transmises pendant la formation, nous permettent d’aborder pleinement nos responsabilités et notre projet professionnel à long terme.


***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences numériques.

***

Retrouvez plus d’informations sur le projet Cuisine Mode d’Emploi(s) sur www.cuisinemodemplois.com

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/91/show Tue, 13 Feb 2018 09:39:04 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE en Europe]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française l’année suivante sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDLcélèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement en Europe et sur deux décennies d’innovations technologiques.

Créée sous l’impulsion de la Commission Européenne pour répondre à un besoin croissant d’amélioration des compétences numériques, la certification ECDL/PCIE trouve naturellement un terreau favorable à son expansion au sein de l’Union Européenne. A la fin de l’année 2000, la certification est déjà présente dans 23 pays européens et est rapidement reconnue par les institutions de nombreux pays. Capitales pour le développement économique d’un pays, les compétences numériques le sont aussi pour les stratégies de défense. En 2002, les forces armées d’Irlande, du Royaume-Uni, d’Italie et d’Autriche intègrent la certification ECDL/PCIE à leurs programmes de formation.

La décennie qui débute annonce des bouleversements technologiques majeurs et les Européens y prennent activement leur part. Le finlandais Nokia et le suédois Ericsson connaissent des succès mondiaux en devenant de véritables poids lourds du secteur de la téléphonie mobile. Une jeune pousse comme Skype, fruit d’une équipe européenne basée en Estonie, révolutionne elle aussi le monde des télécommunications en proposant dès 2003 de passer des appels téléphoniques ou vidéo via Internet. L’industrie traditionnelle du disque se voit quant à elle profondément transformée par des plateformes de streaming comme SoundCloud et Spotify, respectivement crées en 2007 et en 2008 à Stockholm.

Tournée vers de nouveaux usages, l’Europe use aussi de la technologie pour revivifier son patrimoine. Lancé à Bruxelles en 2008, le projet Europeana met en place une bibliothèque numérique donnant accès aux ressources des principales institutions culturelles de l’Union Européenne. C’est aussi à Bruxelles, l’année suivante, que le Président de la Commission Européenne José Manuel Barroso nous fera l’honneur de recevoir la 9 millionième carte d’aptitudes ECDL/PCIE, attestant de la reconnaissance des institutions européennes à l’égard de notre certification. A l’échelle nationale, la certification ECDL/PCIE bat aussi des records, notamment au Royaume-Uni où la barre des 2 millions de candidats est franchie en 2010.

A mesure que de nouvelles technologies voient le jour, d’autres révèlent leur potentiel. Si en 2011 le système Li-Fi développé par le physicien allemand Harald Haas promet de transférer des données 100 fois plus rapidement que la technologie Wi-Fi, France Telecom met fin officiellement en 2012 au service Minitel. Annonciateur par bien des aspects de ce qu’allait devenir Internet, le Minitel a offert pendant 30 ans, à près de 25 millions d’usagers français, un accès continue à des services bancaires et commerciaux, aux prévisions météorologiques ou encore aux cours de la Bourse.

Dans la série des technologies en devenir, l’Intelligence Artificielle stimule quant à elle les intérêts des plus grands centres de recherches européens. Lors d’une expérience qui s’est tenue à la Royal Society de Londres en 2014, un programme informatique réussit le test de Turing en se faisant passer pour un jeune homme de 13 ans lors de séances de discussion avec des sujets bien humains. L’année suivante, les scientifiques allemands du BETHGE LAB vont même jusqu’à enseigner à une intelligence artificielle le style artistique de Vincent Van Gogh pour lui permettre de créer des œuvres originales en utilisant les techniques du maître. Des réalisations qui illustrent le potentiel de l’Intelligence Artificielle, mais aussi le dynamisme de la recherche européenne dans son ensemble.


Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences numériques.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique en Europe

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/92/show Thu, 15 Feb 2018 09:30:54 +0100
<![CDATA[Les 20 ans du PCIE en France]]> Né en 1997 sur le continent européen pour répondre à un besoin croissant en termes de certification des compétences numériques, le projet European Computer Driving Licence (ECDL) connaît sa déclinaison française sous le nom de Permis de Conduire Informatique Européen avant de devenir le Passeport de Compétences Informatique Européen (PCIE). La certification s’exporte aussi rapidement à l’international dès 1999 sous le nom d’International Computer Driving Licence (ICDL).

La certification PCIE/ECDL/ICDLcélèbre aujourd’hui ses 20 ans et nous profitons de l’occasion pour revenir sur les grandes étapes de son développement en France et sur deux décennies d’innovations technologiques.

Créée le 3 octobre 1996 par Jean-Claude SYRE, la société Euro-Aptitudes devient l’un des cinq premiers opérateurs de la certification ECDL/PCIE dans le monde. Le tout premier passage de test PCIE sur le sol français le 5 juin 1997 marque officiellement le début de la certification PCIE. Très vite, elle est reconnue par de nombreux acteurs du monde de la formation et rencontre ses premiers succès. Dès 1997, le Skema Sophia-Antipolis (anciennement CERAM) devient la première Ecole à proposer le PCIE à ses étudiants. Deux ans plus tard, ce sont près de 2800 salariés de chez Renault qui passeront leur certification PCIE. Un lancement réussi de la certification PCIE qui coïncide avec celui du XMM-Newton, plus grand satellite scientifique jamais construit en Europe, mis en orbite par Ariane 5 le 10 décembre 1999.

Les Français prennent alors peu à peu le virage du numérique. Si seulement 2% de la population française utilise Internet en 1998, les internautes français changent rapidement leurs habitudes. En 2002, 23% d’entre eux accèdent déjà aux services en ligne proposés par le gouvernement français. Une proportion qui les place alors devant leurs homologues américains (18%) ou britanniques (11%). Des usages qui entrent dans nos vies quotidiennes et qui doivent beaucoup à une recherche fondamentale dont on parle peu et où la France excelle pourtant. Nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 2003, reconnu mondialement pour ses travaux portant sur les interconnexions de réseaux, Louis Pouzin fait partie de ces scientifiques français dont l‘apport aura été déterminant pour le développement du réseau Internet tel qu’on le connaît aujourd’hui. Du point de vue des sciences appliquées et de son potentiel industriel, la France marque là aussi des points avec le vol inaugural de l’Airbus A380 le 27 avril 2005.

De son côté, la certification PCIE continue son envolée. Le groupe La Poste en 2008 et l’ENSOA (Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active) en 2009 font partie des nouvelles structures à adopter le PCIE pour évaluer et certifier les compétences de leurs collaborateurs. Fort de ces nouveaux partenariats, le PCIE poursuit sa marche en avant et bat de nouveaux records. La certification franchit en 2010 la barre des 100 000 candidats sur le territoire national et passe le cap du million de tests passés l’année suivante. A la même période, la France peut d’ores-et-déjà dresser le bilan d’une transition digitale bien engagée. 93% des entreprises françaises profitent alors d’une connexion haut débit et 78% des foyers français déclarent être équipés d’au moins un ordinateur.

Face à une société dont les besoins en termes de compétences numériques sont en constante augmentation, le PCIE fait peau neuve. Entièrement repensées, les nouvelles plateformes dédiées aux candidats PCIE (www.monpcie.fr) et aux centres habilités PCIE (www.monpciepro.fr) sont respectivement lancées en 2013 et en 2016. Du point de vue de son contenu, la certification PCIE enrichit considérablement son offre en proposant en 2017 trois nouveaux modules PCIE (Edition Image, Travail Collaboratif en ligne, Sécurité des TI). Une année 2017 qui sera également l’occasion de célébrer les 20 ans du PCIE et de nouveaux records. Avec plus de 265 000 candidats et 1 500 000 tests passés en France, le PCIE s’affirme comme la référence de la certification des compétences numériques dans l’hexagone.

***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification PCIE/ECDL/ICDL s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences numériques.

Illustration - PCIE - 20 ans de développement technologique et numérique en France

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/93/show Thu, 22 Feb 2018 10:01:24 +0100
<![CDATA[Gros plan sur le Passeport de Compétences Numériques Avenir 84]]> Centre de formation habilité PCIE depuis 2012, l’association Avenir 84 a inauguré le 23 octobre 2017 un programme de formation inédit, centré sur les compétences numériques et reconnu par le label Grande Ecole du Numérique : le Passeport de Compétences Numériques (PCN). Dédié à un public sorti du système scolaire avec ou sans qualification, le programme de formation a pour objectif de donner à ses apprenants de nouvelles compétences numériques et d’améliorer ainsi leur employabilité.

Youcef BOUCHAALA, Directeur d’Avenir 84, nous en dit plus sur ce nouveau programme de formation et sur son impact.


ECDL France : Comment est né le Passeport de Compétences Numériques Avenir 84 ?

YB : Nous nous sommes très tôt intéressés à l’initiative de la Grande Ecole du Numérique. Lancée fin 2015, celle-ci ambitionne de former à l’usage des outils numériques, 10 000 personnes au niveau national, prioritairement des jeunes peu ou pas qualifiés, des femmes – souvent sous-représentées dans le secteur du numérique – et plus généralement des publics vivant dans des territoires fragiles à l’instar des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et de certaines zones rurales.

En réponse au second appel à labellisation de la Grande Ecole du Numérique, nous avons proposé un programme de formation répondant à ces exigences. La labellisation nous a permis de mettre sur pied notre programme de formation et d’assurer le financement des formations. Nous avons également bénéficié du co-financement des Contrats de Ville et du co-financement de l’agglomération du Grand Avignon.


ECDL France : En quoi le Passeport de Compétences Numériques Avenir 84 répond-t-il spécifiquement aux critères fixés par la Grande Ecole du Numérique ?

YB : D’abord par son contenu. Nous avons créé le PCN Avenir 84 de A à Z comme un programme original comprenant quatre modules axés sur l’amélioration des compétences numériques. Le premier est exclusivement dédié aux modules fondamentaux du PCIE (180 h) : Les Essentiels de l’Ordinateur, Traitement de Texte, Tableur, Base de Données, Présentation, Les Essentiels du Web. Il est nécessaire à l’acquisition de compétences bureautiques « socles » et sert en quelque sorte de remise à niveau avant d’aborder le reste de notre contenu. A côté du PCIE, nous proposons également deux modules orientés web : Community Manager et Gestion de Réseaux Sociaux (70 h) et CMS et Commerce en ligne (170 h). Enfin, nous complétons cette formation par un module Culture Numérique : Médiation et Transition Numérique (70 h). A ce contenu pédagogique s’ajoutent 2 semaines de stages en entreprise (70 h) pendant lesquelles les apprenants peuvent mettre en pratique les connaissances acquises. Pour cette dernière étape nous avons mis nos apprenants en contact avec notre réseau professionnel (avec le réseau French Tech notamment) et en avons également accueillis au sein même d’Avenir 84. L’ensemble du contenu pédagogique représente un volume de 560 heures de formation réparties à raison de 35 heures hebdomadaires sur 4 mois de formation.

Le PCN Avenir 84 entre aussi dans les critères de labellisation de la Grande Ecole du Numérique en raison du public qu’il vise prioritairement (mais pas uniquement), à savoir, des personnes âgées de 18/30-35 ans sorties du système scolaire, avec ou sans qualification. Pour le recrutement des stagiaires de notre première promotion, nous avons fait appel à Pôle Emploi, mais aussi aux Missions Locales avec lesquelles nous travaillons depuis de nombreuses années dans le cadre des Contrats de Villes.


ECDL France : Quel est l’apport du PCN Avenir 84 pour vos stagiaires une fois leur parcours de formation terminé ?

YB : Pour certains, le PCN Avenir 84 a été l’occasion d’acquérir des compétences numériques de base. Des compétences qui représentent des prérequis pour intégrer des formations qualifiantes débouchant sur des titres professionnels de Niveau III (Bac +2) comme Conseiller Médiateur en Numérique ou Développeur logiciel. Nous avons d’ailleurs crée le PCN Avenir 84 parce que nous nous sommes aperçus qu’il manquait un « SAS de pré-qualification » pour des personnes sans qualification, ou en reconversion, désireuses de s’orienter vers ces titres professionnels. Pour d’autres, le PCN Avenir 84 a permis d’obtenir de nouvelles compétences et d’appuyer un projet professionnel, de développer une activité à partir d’un site web ou encore de gagner en visibilité sur les réseaux sociaux.

Le tissu économique local (Grand Avignon) est majoritairement composé de TPE et de PME. Beaucoup d’entre elles travaillent dans le secteur du tourisme et ont un véritable besoin de mieux se faire connaître et de promouvoir leurs activités sur Internet. Le PCN Avenir 84 peut aussi permettre à nos stagiaires d’aborder ces problématiques et d’aider au développement des entreprises locales.


Les candidats de la première promotion du PCN Avenir 84


En dehors des connaissances acquises, le plus grand bénéfice de la formation est sans doute à noter dans le changement comportemental de nos stagiaires. Nous avons pu constater que la formation a été un excellent moyen pour eux de retrouver de la motivation, d’envisager leur retour rapide à l’emploi ou de se projeter dans l’acquisition de nouvelles qualifications professionnelles.


ECDL France : Quels éléments vous on conduit à donner au PCIE une part importante au sein du PCN Avenir 84 ?

YB : Le volume horaire consacré aux modules PCIE (180 h) compte en effet pour le tiers du volume total de formation (560 h). Nous connaissons bien la certification PCIE et ses outils et les utilisons dans le cadre d’autres actions de formation. Nous avons utilisé les tests de DIAG-PCIE pour bien évaluer le niveau des stagiaires avant leur entrée en formation et les tests de certification PCIE en fin de formation pour attester de manière objective de l’acquisition de compétences numériques solides. Des outils qui nous ont permis d’évaluer la réelle montée en compétences de nos stagiaires pendant la période de formation.


Remise des certificats PCIE à la première promotion du PCN Avenir 84


Pour les stagiaires, l’obtention de la certification PCIE représente un élément de motivation important, un challenge, mais également une mention sur le CV qui permettra de renforcer leur employabilité sur le marché du travail.


ECDL France : Combien de formations PCN ont déjà été formées ?

YB : Pour l’instant, il n’y a eu qu’une seule promotion du PCN. Elle a officiellement débuté le 23 octobre 2017 et se terminera à la fin du mois de février 2018. Nous envisageons d’en organiser deux à trois par année. Nous serons également attentifs à l’insertion professionnelle de nos stagiaires afin d’évaluer les répercussions de nos actions de formation.


ECDL France : Et pour la suite ? Prévoyez-vous de mettre sur pied de nouvelles actions de formation similaires à celle que vous menez avec le PCN ?

YB : Nous continuerons à mettre en place des programmes de formation répondant aux défis de l’insertion professionnelle. En 2018, le « Plan d’Investissement Compétences » aura pour objectif de former un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes peu qualifiés et éloignés du marché du travail. Une initiative qui pourrait bientôt venir encadrer de nouvelles actions de formation originales, à l’image de celle que nous menons actuellement avec le PCN Avenir 84.


Pour plus d’informations sur le PCN Avenir 84 ou pour toute question concernant un projet de formation PCIE au sein d’Avenir 84, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur Youcef BOUCHAALA youcef.bouchaala@avenir-84.org – Centre : AVENIR 84

Retrouvez également plus d’informations sur la Grande Ecole du Numérique : https://www.grandeecolenumerique.fr/

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/94/show Tue, 27 Feb 2018 09:54:34 +0100
<![CDATA[La FIDEV modernise ses équipements]]> C’est à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée le 19 mars 2018 que la FIDEV (Formation Insertion et Réadaptation pour Déficients Visuels) a remercié deux généreux donateurs.

La Fondation Orange et le Lions Club Mont d’Or ont en effet contribué à une donation de 3400 € à l’intention de la FIDEV. La dotation a eu pour objectif l’acquisition de cinq postes informatiques et la formation au PCIE de cinq personnes déficientes visuelles.

La remise du chèque s’est notamment faite en présence de Monsieur Bruno JAN, Président de la FIDEV, de Madame Marie-Louise PAGNUCCO, Directrice de la FIDEV, de Madame Nicole JOULIA, Déléguée au mécénat de la Fondation Orange et de Monsieur Yves BIGEX représentant le Lions Club Monts d’Or.



Créée en 1983 et située à Lyon, la FIDEV (Formation Insertion et Réadaptation pour Déficients Visuels) opère autour de trois axes bien définis :

- Un service d’appui technique pour l’Accès et le Maintien dans l’Emploi (SAME) partenaire de l’ensemble des dispositifs et opérateurs d’insertion tels que Cap Emploi, SAMETH, Pôle Emploi… ;

- Un service formation assuré par l’organisme de formation de la FIDEV ;

- Un service de soin de suite et Réadaptation (SSR) agrée et conventionné par l’Assurance Maladie.

Cette démarche pluridisciplinaire de la FIDEV permet d’accompagner, d’orienter et de former des personnes adultes déficientes visuelles, aveugles ou malvoyantes, afin d’assurer leur retour ou leur maintien dans l’emploi, leur évolution de carrière ou leur bonne adaptation à leur poste de travail. Composée de spécialistes de la déficience visuelle et de l’insertion professionnelle, l’équipe de la FIDEV aborde la problématique de la formation en conciliant pédagogie adaptée et réflexions sur l’ergonomie du poste de travail et sur l’évolution des Technologies de l’Information. Une approche complète qui est synonyme d’efficacité et de montée en compétences pour les apprenants.

Centre de formation habilité PCIE depuis 2003, la FIDEV met à disposition de ses stagiaires des formations numériques adaptées à son public et intervient sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes.

Pour plus d’informations concernant un projet de formation PCIE au sein de la FIDEV, nous vous invitons à prendre contact avec Monsieur JEAN-PAUL DURAND jpdurand@fidev.asso.fr – Centre : FIDEV

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/95/show Thu, 17 May 2018 08:58:09 +0200
<![CDATA[Rencontre avec l’opérateur suédois de la certification ECDL]]> Dans un pays comme la Suède où la formation initiale et la formation continue sont traditionnellement au cœur des politiques publiques, la certification ECDL a très tôt connu un véritable succès.

A la toute fin des années 1990, ECDL Suède - à l’instar d’ECDL France - a fait partie des premiers opérateurs de la certification ECDL dans le monde et a fédéré un réseau de centres de formation habilités qui a certifié les compétences numériques de milliers d’apprenants. Une réussite qui est notamment passée par les établissements éducatifs du pays, qui ont rapidement proposé la certification à leurs étudiants.

(De gauche à droite : M. Christopher SULLIVAN, Directeur Général d'ECDL France, M. Erik Hult, Directeur Administratif et Financier d’ECDL Suède et M. David Dayan, Chargé de Projet chez ECDL France)


Erik Hult, Directeur Administratif et Financier d’ECDL Suède nous a fait le plaisir de nous recevoir en avril dernier dans ses bureaux de Stockholm pour échanger sur les problématiques et les initiatives mises en œuvre en Suède portant sur les compétences numériques.

Ses constats rejoignent ceux de nombreux rapports d’experts estimant que les jeunes générations, nées avec l’avènement des technologies de l’information, ne sont pas pour autant celles qui maîtrisent le mieux l’outil informatique. Identifiées par Marc Prensky[1], sous le nom de « Digital Native », ces jeunes adultes (Génération Y, Millennials) auraient aussi tendance à surestimer leurs capacités dans l’utilisation des logiciels bureautiques les plus fréquemment employés à leurs postes de travail.

Ces remarques concernent les jeunes générations, y compris dans des pays connus pour l’excellence de leur système éducatif (Finlande, Danemark, Singapour…), comme en témoigne le rapport Perception & Reality[2] récemment publié par la Fondation ECDL.

Même si les demandes de formation se tournent dans ces pays de plus en plus vers la sécurité des TI ou la programmation, les compétences bureautiques à proprement dites (Traitement de textes, Tableur…) méritent encore d’être soutenues. Transversales à plusieurs secteurs et nécessaires à de nombreux postes de travail, elles restent un prérequis pour la réalisation de tâches professionnelles élémentaires.

Et ce qui vaut pour la Suède, qui fait partie des pays européens où les compétences numériques sont les plus développées, vaut a fortiori pour la France. Le récent rapport de la Commission Européenne Human Capital, Digital Inclusion and Skills[3] le confirme.



En matière de capital humain et de compétences numériques, basiques (en bleu) ou avancées (en rouge), la France reste dans le deuxième tiers du classement des pays européens les mieux notés, à distance des pays du nord de l’Europe qui conservent la tête du classement (Finlande, Pays-Bas, Suède…).

Si notre visite au sein des locaux d’ECDL Suède nous a donné l’occasion de comparer les situations respectives de nos deux pays, elle a aussi été l’occasion d’échanger sur les solutions techniques que nous mettons en œuvre pour offrir aux utilisateurs de nos tests le meilleur moyen de connaître avec précision l’état réel de leurs compétences numériques.

Une coopération entre opérateurs, dont nous nous réjouissons et qui est aussi une des forces de la certification PCIE à l’échelle internationale.

***

Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification ECDL/PCIE s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences numériques.



[1] Marc Prensky « Digital Natives, Digital Immigrants », 2001.

[2] Perception and Reality, ECDL Foundation (2018)

[3] Retrouvez le rapport Human Capital, Digital Inclusion and Skills (2018) sur le site de la Commission Européenne

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/96/show Tue, 10 Jul 2018 09:28:05 +0200
<![CDATA[Le PCIE célèbre avec ALPIX la 15ème édition des IT DAYS]]> Organisé le 7 juin dernier au Centre de Congrès de Troyes, les IT Days d’Alpix ont réuni spécialistes des technologies de l’information, des ressources humaines et de la formation professionnelle autour d’un cycle de 18 conférences traitant de thématiques d’actualités (RGPD, cybersécurité, prélèvement à la source…)

Plus de 200 participants ont pu cette année partager les connaissances d’intervenants invités à l’évènement et ainsi améliorer leur compréhension des grands enjeux de la transformation numérique.

Forte d’une approche globale, la société Alpix regroupe un large panel d’activités qui ont toutes pour but d’accompagner les entreprises dans les défis auxquels elles sont confrontées au quotidien. Basé à Troyes depuis près de 30 ans, Alpix s’est ainsi fait une spécialité dans la conception, le développement, le déploiement et la maintenance de solutions collaboratives, de solutions de gestion, d’applications Web ou mobiles, et d’infrastructures réseaux et télécoms. Une complémentarité qui s’est construite au fil des années et qui fait aujourd’hui d’Alpix, la première SSII de sa région, forte de plus de 60 collaborateurs et d’un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros.

Alpix a également su développer son activité Formation autour de l’EIPA (Ecole Informatique Pour Adultes) qui propose notamment des formations en bureautique, travail collaboratif et logiciels de PAO en s’appuyant sur une équipe de 9 formateurs experts et 4 salles de formation.

En termes de certification de compétences, l’EIPA a également fait le choix de devenir centre habilité PCIE depuis 2015. En trois ans, le centre de formation a d’ores-et-déjà accueilli 360 candidats au PCIE ayant passé plus de 2600 tests. Une réussite que salue bien évidemment ECDL France, en tant qu’opérateur de la certification PCIE, mais aussi en tant que partenaire officiel de cette 15ème édition des IT Days.

Présent à l’évènement, Monsieur Xavier THOMANN, Conseiller clientèle chez ECDL France, a eu l’occasion de faire une présentation sur l’importance de la formation à l’heure de la transformation numérique. Après avoir modernisé leurs infrastructures et mis en place leurs procédures de numérisation, les entreprises françaises ont encore beaucoup à faire pour assurer la montée en compétences de leurs collaborateurs.


(M. Xavier THOMANN lors de sa présentation aux IT Days)


Un constat développé par le représentant d’ECDL France à l’appui des dernières conclusions du rapport Human Capital, Digital Inclusion and Skills récemment publié par la Commission Européenne. Le document rappelle qu’en termes de compétences numériques et de capital humain, la France ne se classe qu’au 11ème rang des pays de l’Union Européenne, distancée par les pays du nord de l’Europe en tête du classement (Finlande, Pays-Bas, Suède…). Un écart qui pourrait sensiblement se réduire en misant sur des actions de formation bien ciblées et validées par une certification de compétences indépendante comme le PCIE.


Pour toute question concernant un projet de formation PCIE au sein d’Alpix, nous vous invitons à prendre directement contact avec Monsieur Reginald MERGEY rmergey@alpix.fr – Centre : ALPIX.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/97/show Tue, 17 Jul 2018 09:06:52 +0200
<![CDATA[ECDL France remporte le prix de la meilleure campagne Marketing de l’année au Forum ECDL 2018 !]]> Organisé à Prague les 26 et 27 Avril 2018, le Forum annuel de la Fondation ECDL a récompensé les initiatives et les actions menées pour mieux faire connaître la certification ECDL/PCIE dans le monde. Le Forum a cette année tout particulièrement reconnu le travail mené par les équipes d’ECDL France en remettant à l’opérateur français de la certification le prix de la meilleure stratégie marketing de l’année.

C’est en effet avec joie que Christopher SULLIVAN, Directeur Général d’ECDL France a eu le plaisir de recevoir des mains de Monsieur Tony FRANKE, Président de la Fondation ECDL, ce prix convoité chaque année par les opérateurs nationaux de la certification PCIE. La récompense salue les efforts entrepris par ECDL France, pour mieux faire connaître la certification PCIE auprès des grands acteurs de la formation sur le territoire national.

La célébration des 20 ans de la certification PCIE à l’automne dernier avait donné le coup d’envoi d’une grande campagne de communication auprès de nombreux acteurs institutionnels de la formation en France (CNCP, OPCA, Missions Locales, Epide, Grande Ecole du Numérique…). L’évènement a permis de diffuser une meilleure information sur le PCIE auprès d’acteurs-clefs du secteur, mais aussi de développer des contacts et d’évoquer des projets en devenir.

Ces derniers mois nous ont en effet donné l’occasion de célébrer les 20 ans de la certification PCIE, de mettre à disposition de nouveaux modules de formation, d’élargir notre couverture logiciel, mais aussi de mieux faire connaître notre certification auprès des institutions, autorités compétentes et autres grands acteurs de la formation en France.

Des accomplissements que nous sommes heureux de célébrer et de partager avec plus de 700 centres habilités PCIE, mais aussi avec près de 285 000 candidats en France. Des chiffres qui expriment la réussite du PCIE et qui en font la référence internationale de la certification des compétences numériques.


(M. Jérémy SIMON, MEDEF, M. Christopher SULLIVAN, ECDL France et M. Tony FRANKE, Fondation ECDL)


Depuis 20 ans déjà, la Fondation ECDL suit l’évolution des Technologies de l’Information et de la Communication et encourage le développement des compétences numériques qui permettront de relever les défis de demain. Avec plus de 15 millions de candidats dans le monde répartis dans plus de 150 pays, la certification ECDL/PCIE s’établit plus que jamais comme la référence internationale de la certification des compétences numériques.

]]>
https://www.pcie.tm.fr/news/98/show Thu, 19 Jul 2018 10:05:17 +0200