Le coût de « l’ignorance numérique »